Musique

Playlist de la semaine (40)

Playlist de la semaine (40)

02 novembre 2013 | PAR Bastien Stisi

268937_10151658941724328_1668811811_nLes destructions phalliques de Jackson le machiniste, la tristesse en noir et blanc de contemporains sans sourire, et la révolution frondeuse de Diplo sans son Major aux gros bras…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants : 

1. Jackson and His Computerband, « G.I. Jane (Fill Me Up) »

Des organes masculins dociles et agressifs, un océan de particules foutrales et sanguines, et une mante religieuse à la silhouette aguicheuse lancée dans une guerre amazonienne contre la dictature du phallus : le nouveau clip graphique, sanguinolent et porno trash de Jackon and His computerband est signé Mrzyk & Moriceau, et offre un deuxième extrait visuel à son splendide album Glow après les obscénités malsaines de « Dead Living Things ».

2. Tristesse Contemporaine, « Fire »

Pour la flamme cold-wave et langoureuse de « Fire », le noir et le banc de l’atelier du plasticien Xavier Veilhan : un nouvel extrait visuel pour Stay Golden, le second album du trio sans patrie et sans sourire Tristesse Contemporaine, jamais aussi jouissif que lorsqu’ils teintent leur univers urbain et aérien d’un coloris assombri et dépressif. Toujours pas de lumière ici, mais un maximum de tristesse, qui paraît bien décidé à devoir durer toujours.

3. Diplo, « Revolution »

Éloigné le temps d’un battement de cil (ou de biceps ?) des élucubrations soldates et bodybuildées de son projet Major Lazer, l’omnipotent dj et producteur Diplo poursuit sa révolution et son redécoupage d’un dancehall 3.0 fondu dans un acide dubstep et machinale. Aux armes citoyens, du dancefloor.

https://soundcloud.com/maddecent/diplo-revolution-feat-faustix

4. Ry X, « Berlin »

Loin de la folie numérique des clubs berlinois et des élancées techno qui ont marqué ses dernières années (il prit part il y a un an au duo Howling, avec Frank Wiedemann de Ame), le « Berlin » du songwritter australien Ry X se pare de ses apparats les plus minimalistes, et engendre une indie folk bluffante portée par une voix de sirène mélancolique, malgré l’épaisse pilosité du visage arborée par son merveilleux géniteur. Frissons sur les bras, et un tas de promesses pour le premier EP de ce continuateur troublant de Bon Iver.

5. John & the Volta, « Paralized »

Une voix torturée et pleureuse (celle de John), des synthés glacés et new-wave (ceux des Volta), et une pop humectée jusque dans la moelle dans un bitume eighty qui s’échappe parfois du macadam grâce à des envolées vocales d’une beauté affolante. Un EP déjà paru, un album en préparation, et un clip psyché et vaporeux pour la sensualité new-wave de « Paralized ».

6. Bertrand Louis, « L’Existence de Dieu »

Lorsqu’un porte-parole d’une chanson française bercée par les désillusions de son siècle rencontre un philosophe du désespoir et de l’absurde, ce sont deux entités communes qui se télescopent et qui fécondent Sans Moi, le nouvel album de Bertrand Louis, basé sur la poésie rongeuse du recueil poétique Minimum Respect de Philippe Muray. Tendresse et désespoir.

7. Pajaro Sunrise, « Long Forgotten Flowers »

Après avoir gonflé sa discographie de productions aux envergures indie folk pendant une dizaine d’années, aussi proche des spécialistes du genre hispanique que du légendaire Cat Stevens, l’espagnol Pajaro Sunrise entreprend sur son nouveau projet Kulturkatzenjammer un séduisant virage électro qui accompagne l’élégance de la voix et des guitares. Des fleurs, des claviers, et un folk 2.0 à réserver aux matinées dominicales les plus porteuses d’espoirs.

La plupart des morceaux de la playlist sont à retrouver sur la page Deezer de Toute La Culture.

Visuel © : pochette de G.I. Jane (Fill Me Up) de Jackson and His Computerband

Delicate Curves, la lingerie jolie pour les femmes qui ont des formes est sur sa lancée aux USA
« Monte le son », le Festival gratuit et 100% Musiques africaines se déroule du 2 au 30 novembre 2013 à Paris
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *