Musique

Playlist de la semaine (123)

Playlist de la semaine (123)

18 juillet 2015 | PAR Bastien Stisi

Le retour de Woodkid aux côtés de Panteros666, celui de Youh Lagoon, la surf pop estivale de Cayucas…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. Panteros666 ; Woodkid, « Clear »

Alors qu’il affirmait il y a tout juste un an sa volonté de laisser de côté la musique pour pouvoir se consacrer plus pleinement au cinéma (son premier amour), Woodkid est déjà de retour et vient poser sa voix, toujours grandiloquente, aux côtés de Panteros666, le producteur de Club Cheval et garant d’une techno made in Bromance (là où la house et les mélodies ne sont jamais bien loin). Tube estival en puissance, le morceau est secondé par un clip futuriste réalisé par le duo Inès & Victor (Victor, en fait, c’est également Panteros666), et ouvre la porte à un retour plus ample de Yohann Lemoine, deux ans après la sortie de son premier album pompeux, pompier et pleureur The Golden Age. Le premier album de Club Cheval, lui, est attendu chez Parlophone dans les mois à venir.

2. Youth Lagoon, « The Knower »

Très loin de l’intimité luxuriante de son premier album (The Year Of Hibernation), et à degré moindre du deuxième (Wondrous Bugouse), Youth Lagoon arrondit les angles et ouvre les fenêtres, et exporte sa dreampop traumatique par-delà un esprit, toujours préoccupé, dans lequel il était jusqu’alors relativement confiné (le premier album du jeune Américain avait été composé, seul, dans sa chambre). Sur « The Knower », qui introduit le troisième album du garçon (Savage Hills Ballroom),  des ambiances jazzy se collent à une pop façon Alt-J, et des lamentations pleureuses imitent celles, grandiloquentes, du compatriote Son Lux. Une dreampop, en bref, moins personnelle et moins parlante que par le passé, dont on guettera tout de même les contours plus exacts lors de la sortie de cet album, le 25 septembre prochain chez Fat Possum.

3. Cayucas, « Moony Eyed Walrus »

Dancing At The Blue Lagoon, le second album des Californiens de Cayucas (le premier, Bigfoot, était déjà paru chez Secretly Canadian), est le genre d’album qu’il est définitivement judicieux de faire paraître à cette période de l’année : car l’on est confronté ici à un cocktail, intelligent quoique léger, de surf-pop et de sonorités tropicales, des ambiances parfaitement transcrites dans le clip de « Moony Eyed Walrus », qui montre le groupe planche de surf à la main et égaré dans une environnement boisé et tout vert. A siroter sur la plage, ou n’importe où, tant qu’il y a suffisamment de soleil.

4. Peaches, « Light In Places »

Six ans après I Feel Cream, la Canadienne Peaches revient avec un sixième album, Rub, dont le premier extrait « Light In Places » semble s’inscrire dans la ligne synth-punk minimale et radicale de ses productions précédentes. Là encore, chacun des morceaux de l’album devrait être accompagné d’un clip illustrateur (celui-ci est réalisé par Peaches elle-même), et devrait questionner les problématiques liées au genre et à l’égalité des sexes, des thématiques déjà mises en valeur ici, puisque l’on peut voir dans le clip une lumière s’échapper de l’un des orifices sexuels d’une trapéziste relativement agile. Le morceau et la vidéo qui l’accompagne sont un hommage à la performeuse Empress Stah, alors que l’album, prévu pour le 25 septembre, accueillera également les collaborations de Feist et de Kim Gordon de Sonic Youth.

5. Nicolas Godin, « Widerstehe Doch Der Sunde »

Alors que vient d’être réédité en version deluxe la bande son cultissime de Virgin Suicides, et à l’image de ce que fait depuis des années son binôme Jean-Benoît Dunckel, qui cumule avec une réussite  plus (son album solo de 2006) ou moins (Tomorrow’s World, Starwalker) franche les projets annexes, Nicolas Godin se détache à son tour d’Air afin de proposer son premier album studio. Contrepoint sortira le 18 septembre chez Because Music, et après avoir été annoncé par le biais du morceau « Orca », se voit aujourd’hui adjoint le clip de «  Widerstehe Doch Der Sunde », qui met en scène une armée de zombie ayant pris le parti d’échanger ses mimiques d’enterrement (renversé) et ses râles lancinants en s’exportant sur des vagues mouvementées. Ces surfeurs-là rendent hommage aux films de Zombie originels, alors que l’album, lui, remonte encore plus loin dans le temps, puisque c’est la carrière du pianiste allemand Jean-Sébastien Bach qu’il entend prendre comme référence ultime, puisque chaque morceau de l’album ancre son ADN dans l’un de ceux composés jadis par le compositeur germanique.

6. Bagarre, « Claque-le »

Entre chanson à la Lio et trap à la Diplo, Bagarre, dernière signature en date du label Entreprise qu’on avait vu cet hiver au Point Ephémère en compagnie de ses congénères Blind Digital Citizen et Grand Blanc, propose une escale SM avant de s’en aller mourir dans ce club qu’il évoquait sur leur précédent EP (celui-là était paru chez Rouge Vinyle). Aussi accroche crâne qu’une ritournelle de Yelle, les mélodies fracassées de « Claque-le » témoignent du caractère multiforme d’une pop changeante dont on constatera bientôt les évolutions, puisqu’un nouvel EP (le premier paru chez Entreprise) sortira en septembre.

7. Pascale Picard, « Runaway »

La chanteuse francophone québécoise connue pour ses airs folks en Anglais est à l’heure du bilan avec son troisième album,  All Things Pass (attendu pour le 28 août chez Simone Records/ Zamora Label/ L’Autre distribution). En attendant d’écouter la suite des titres doux-amers, parfois blues, parfois punk, de ce véritable disque d’Americana, acceptez l’invitation live de la chanteuse et de sa Pascale Picard Band à vous échapper avec le très rythmé « Runaway ». La voix règne, avec autant d’implication que de décontraction. A rajouter à toutes les playlist pour couchers de soleils. Dernière chose : notez le concert du 14/09 à la Maroquinerie et une tournée automnale qui passe par la France. (Yaël Hirsch)


Visuel : (c) pochette de Contrepoint de Nicolas Godin

Et cette semaine, on voit quoi à Avignon ?
[Festival d’Avignon] Le Bal du Cercle sans éclat de Fatou Cissé
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *