Danse
[Festival d’Avignon] Le Bal du Cercle sans éclat de Fatou Cissé

[Festival d’Avignon] Le Bal du Cercle sans éclat de Fatou Cissé

18 juillet 2015 | PAR Amelie Blaustein Niddam

 Il en va de la danse comme du cinéma. Une bonne idée et une bande son géniale ne font pas forcement un bon film. Appliqué au Bal du Cercle de Fatou Cissé, cela donne un coup d’épée dans l’eau.

[rating=2]

Cela commence de façon magistrale. Une danseuse vient nous inviter à passer une bonne soirée. Bientôt, des danseurs désaxés à souhait et hyper glamour danseront prés d’un portant encore vide. Ils sont dans une intensité très belle. Mais très vite, l’idée s’épuise. Nous sommes au cœur d’un rituel : « Le Tanebeer est une pratique ancestrale réservée aux femmes dans la société sénégalaise (…) les femmes viennent maquillées et parées de vêtements éblouissants de couleurs, toutes en rivalités de beauté, de singularité et de séduction ».

Le spectacle perd rapidement son sens très politique. Cette danse étant le moment de dénoncer les affres d’une société où la polygamie règne encore. Mais Fatou Cissé assèche son idée en faisant de cet acte un simple défilé de mode. Les chevilles ont beau se torde avec flexibilité sur les talons vertigineux sur la techno hyper léchée d’Amon Tobin, cela ne change rien. L’effet est celui d’un clip de R »N »B. On s’ennuie malgré la générosité des artistes et les costumes superbes signés Madelaine Sylla.

Dommage car on attendait beaucoup de cette chorégraphe pour sa première fois à Avignon.

Visuel : Le Bal du Cercle – © Elise Fitte-Duval

Infos pratiques

Festival en Othe
Urbaka
festival_davignon

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *