Musique

Woodkid laisse de côté la musique pour se consacrer au cinéma

Woodkid laisse de côté la musique pour se consacrer au cinéma

25 juillet 2014 | PAR Bastien Stisi

La nouvelle vient de tomber : de retour à ses premiières amours, Yoann Lemoine met (temporairement) de côté la musique et son projet Woodkid pour se consacrer à la réalisation de son premier long-métrage. Il y a là une surprise.

Et compte-tenu de cette décision, soudaine bien que devinée depuis longtemps par ceux qui savaient l’attrait conséquent de l’artiste pour l’art cinématographique (on se souvient qu’avant d’être Woodkid, Lemoine se faisait le réalisateur clippeurs de Lana Del Rey, de The Shoes ou de Rihanna), Golden Age, son premier et unique album paru en 2013, paraît d’un coup encore plus grand.

Si l’on ignore évidemment la durée d’une parenthèse qui risque quand même de durer un temps conséquent, certains pourront déjà placer l’artiste à la casquette et à la barbe épaisse au rang de ceux, vainqueurs, qui partent dès lors la gloire établie. Philipp Lahm, le capitaine de la Nationalmannschaft, vient d’annoncer sa retraite internationale après l’épisode mondialiste victorieux de l’équipe d’Allemagne au Brésil. Tout en haut d’une pop baroque internationale qu’il a éclaboussé de sa singularité de son talent, Woodkid en fait de même, et ne pourra décevoir ceux qui commençaient à craindre un second album au timbre identique à celui de son prédécesseur.

Un court-métrage, également intitulé Golden Age, est aussi paru il y a quelques jours, tissant un lien que l’on sait désormais prophétique entre les deux passions d’un artiste dont il faudra oublier pour un temps la force vaillante, la mélancolie euphorique, la rédemption par l’électro pop de cathédrale bouleversée. Plein d’emphase et de sensibilité (on ne change pas les vieilles habitudes…), Woodkid a tenu à marquer le coup en proposant à son public un dernier morceau, au titre et au timbre clairement évocateur « Do You Love Me After All ».

Voici la lettre de Woodkid (ou plutôt de Yohann Lemoine), adressée à ses fans en guise, non pas d’adieu traumatisé, mais plus d’au-revoir ému :

The Golden Age a été une aventure incroyable.

Il y a 6 ans, j’étais un simple réalisateur de films indés, travaillant dur pour pouvoir payer mon loyer et j’ai écrit mes premières chansons, presque comme une blague. Je n’aurais jamais pensé une seule seconde que j’allais finir sur scène, chanter pour des centaines de milliers de personnes. J’ai porté ce projet comme si cela était mon bébé, chaque jour de ma vie pendant 4 ans, et ce n’était pas toujours facile.

J’ai besoin de prendre un peu de repos, penser au futur et travailler sur de nouveaux projets, ouvrir mon esprit à nouveau, me concentrer sur mes premiers films et d’autres alternatives artistiques que je souhaite développer.

Merci à tous d’avoir fait partie de cette grande surprise dans ma vie, merci de m’avoir suivi.

Voilà, juste une petite demo que j’ai enregistrée la nuit dernière.

Rien de mieux qu’une bonne vieille chanson de dépressif en guise d’au revoir… mais ne vous inquiétez pas, je vous verrai très bientôt.

Vous m’aimez après tout ? Parce que moi oui.

x

Yoann

 Visuel : (c) pochette de The Golden Age de Woodkid

Weird Al Yankovic est incontournable aux Etats-Unis !
Playlist de la semaine (75)
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *