Musique

Playlist de la semaine (101)

Playlist de la semaine (101)

31 janvier 2015 | PAR Bastien Stisi

La parenthèse cumbia de Calexico, l’arrivée prochaine du nouveau Balthazar, le remix épatant du No Deal de Melanie De Biasio…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. Calexico, « Cumbia de Donde »

Au sein des paysages transfrontaliers et multiples qu’auront exploré la bande de Joey Burns, de John Convertino et de leur groupe Calexico, il faudra désormais aussi évoquer la cumbia, mêlée au sein de ce premier extrait annonçant le nouvel album du groupe (Edge Of The Sun, parution en avril) à l’americana traditionnellement lumineuse de ces mariachis des temps modernes. 25 ans cette année pour leur label City Slang (sur lequel on trouve aussi Caribou, Black Yaya ou encore The Notwist), une demie-douzaine de collaborations sur cet album à venir (ici, celle d’Amparo Sanchez), et des degrés Celsius qui, dans le coin, paraissent destinés à augmenter de manière considérable…

2. Balthazar, « Then What »

Trois ans après Rats, le deuxième album du quintet flamand, voici Balthazar sur la voie du retour avec l’apparition programmée de leur troisième album Thin Walls au mois de mars. Après le rutilant « Leipzeig », voici désormais le velvetien « Then What », dans lequel le phrasé méticuleux et reptilien de Maarten Devoldere évoque celui d’un Lou Reed sans l’effet des drogues dures sur l’organisme et sur les cordes vocales. Les instrus, elles, évoquent toujours autant celle de These New Puritans qui auraient échangé leurs tuniques martiales contre des habits plus pacifistes. Lorsque le pop rock forme autre chose que des mélodies tristement FM.

3. Lower Dens, « To Die In L.A. »

Moins krautmatique (le mélange de kraut pop et de mélodies traumatiques) que ce qui était évoqué sur Nootropics, le premier extrait du nouveau Lower Dens (astucieusement intitulé Escape From Evil) change son fusil d’épaule en même temps que le timbre de ses synthés, et bascule dans la new wave pour rêveurs volatiles. Produit (entre autres) par le producteur de Beach House, un groupe auquel on a souvent tendance à les comparer, Escape From Evil paraîtra le 30 mars sur Ribbon Music.

4. Courtney Barnett, « Pedestrian At Best »

Clip caustique pour regard lucide : alors qu’elle annonce simplement la sortie de son premier album (on avait déjà remarqué son excellent The Double EP: A Sea of Split Peas en 2013), Courtney Barnett paraît déjà se préparer à l’éventualité d’un possible échec. C’est en tout cas ce que laisse penser le clip de son remarquable « Pedestrian At Best », qui met en scène un clown triste confronté à la dure réalité de l’éphémère quart d’heure warholien. Célébré en 2013 (c’est ce qu’indique la médaille accrochée à ses vêtements), le clown du clip présenté ici est raillé et martyrisé en 2014, déjà relégué dans l’ombre par un siècle décidément aussi fidèle et durable qu’un personnage vorace et volage de Sade…Reste à voir si la triste prophétie sera contournée par l’un des indéniables talents indie rock dont on suivra l’atterrissage au cours des mois à venir.

5. Gordon, « Gull »

Sur « Gull », par-dessus une electronica rêveuse, élancée et volatile, on entend le chant des mouettes, mêlé  à des nappes ambiant que l’on croiraient issues de l’un des plus adoucissants objets de Brian Eno. Les pistes, déjà, sont brouillées. Car c’est à un autre oiseau plumé, le merle en l’occurrence, que le quatrième EP de Gordon (le premier chez InFiné) fait directement référence (le disque se nomme joliment Bleu Merle). Bleu merle, cela désigne aussi une couleur de robe gris-bleue, quelque peu teintée de noir, comme seuls les canins sont autorisés à en porter. Pistes décidément très brouillées. Un peu comme cet ambiant au tempo parfois accéléré que nous propose ce remixeur de Miss Kitin de Blind Digital Citizen ou  de Bertrand Burgalat, dont on ne sera pas surpris qu’il assume son addiction pour tout ce qui provient du label britannique Border Community (James Holden, Fairmont, Nathan Fake…)

6. Dimoné, « Encore une année »

Moustache en avant, accent du Sud qui ne peut pas ne pas faire penser à Cabrel, texte et guitare rythmés, Dimoné a fait parler de lui avec un album au titre jouant avec les genres Bien hommé, Mal femmé et un premier clip très far west « Un homme Libre » (en téléchargement libre, ici). Il est de retour en début 2015 avec un deuxième clip plus sombre « Encore une Année », où les mots ont toujours la part belle. Il fait aussi partie des prestigieux chantiers des francophonies cet été… Un homme livre encore à suivre toute l’année…(Yaël Hirsch)

7. Melanie De Biasio, « The Flow (Hex remix) »

Danser sur du Melanie De Biasio. Pour quiconque a déjà pu observer l’italo-belge en live, le concept aurait de quoi amuser (au mieux), si ce n’est de quoi vomir (au pire). Mais avec l’explorateur DJ et producteur Gilles Peterson aux manettes, qui convoque sur l’incongru No Deal Remixed quelques très gros noms de la scène indie internationale (EELS, Hex, Chassol…), le jazz ombrageux de l’originel No Deal devient sacrément acide, et lance les névroses de Melanie sur la piste de danse. Idée brillante, résultat épatant.



Visuel : (c) pochette de Edge Of The Sun de Calexico

Orjan Johannessen remporte le Bocuse d’Or !
« Idomeneo » : un Mozart élégant à l’Opéra de Lille
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

One thought on “Playlist de la semaine (101)”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *