Musique
Le best of musique 2021

Le best of musique 2021

16 décembre 2021 | PAR La Rédaction

Quels sont les sons que les rédacteurs retiennent de 2021 ? Et bien, du rap, de la pop, du rock, de la techno et même des trucs qui mêlent le tout !

 

best Of Rock – Pierre Pouj

The Black Keys – Delta Kream

Dans cet album, les black keys reviennent à leurs origines et vont donc vers les racine du blues rock américain. Composé de reprise, cet opus nous porte au travers des grands classiques du duo tout aussi classique. En mélangeant finement leur patte sans trop déroger aux œuvres qu’ils ont choisi, cette album est une pure pépite, pouvant figurer dans la droite lignée des premiers albums du groupe.

Balthazar – Sand

Impossible de ne pas mettre Balthazar dans ce top 5. Le quintet belge est encore une fois parvenue à sortir une masterpiece, un album où rien n’est à jeter. D’une couleur un peu plus mélancolique de Fever, leur précédente sortie, Sand est une nouvelle démonstration de l’art musical Belge. On notera pour cette opus une plus forte présence des synthés et autres sonorités électronique, un petit tournant qui mérite son attention.

SUUNS – The Witness

Après deux albums peut-être un peu moins accessibles, SUUNS, le maintenant trio canadien retourne sur les devants de la scène avec un album prenant. Plus épuré, plus calme peut-être, on notera leurs envies poétiques, tirant parfois l’ombre qui surplombaient toute leurs sorties vers quelques notes plus légères, douces, voire lumineuse. Un album d’une grande qualité.

Francobollo – Good Buy

Nous parlons ici non pas d’un album, mais d’un EP. Malgré cette courte durée, le quatuor suédois parvient ici à montrer l’étendue de son talent. Entre morceaux simples et d’autres plongés dans les méandres de leurs synthés, on se retrouve ici avec une sortie qui, en plus d’être audacieuse, se révèle emprunt d’une certaine dose de politique. On espère les retrouver rapidement sur scène, ou dans nos écouteurs pour une sortie plus fournie.

Johnny Mafia – Sentimental

On ne pouvait finir ce top 5 sans un groupe français, et qui de mieux, soyons honnêtes, que Johnny Mafia. Le quatuor sort ici sont troisième album, massif, gigantesque. Les guitares distordues sont toujours alliées aux crash et rythmes d’enfer. Et la patte de Johnny Mafia, sa capacité phénoménale à créer des hymnes, est encore une fois présente sur cette sortie formidable. Du bon rock français, simple, mais si bigrement efficace.

Amélie Blaustein Niddam

Jouons le jeu sans tricher pour une fois ! Sorti le 12 mars 2021 chez Caroline/Universal, le nouvel album de Feu! ChattertonPalais d’Argile a confirmé le talents du boys band le plus intello ! Textes à la poésie folle, musique léchée pimpée par Arnaud Rebotini. Cette année j’ai écouté en boucle Southern Wave de Mick Strauss/Modulor Records. De la cold wave venue du sud ? Ou bien une plongée dans l’univers post-punk des Pixies ? Pourquoi choisir ? C’est vrai ça ? Pourquoi choisir entre raconter une vraie histoire de mec attiré par ce qui fait mal, et de filles comme des proies consentantes sur la piste de danse ? Le son de Mick Strauss, avatar d’Arthur Gillette, le cofondateur de Moriarty, est une drogue dure. Il s’écoute, se réécoute, se réécoute encore…. Il y a eu aussi la rencontre au somment entre l’électro de Laurent Garnier et le rock The Limiñanas avec De Película. Et comme l’ami Pierre, je me suis enfoncée encore et encore dans Sand de Balthazar

Chloé Boyer

Temporary Highs in the Violet Skies – Snoh Aalegra (juillet 2021)

Celle qui a été le coup de cœur de Prince en 2014 a su prouver qu’elle n’était pas seulement l’héritière de Sade : avec son nouvel album Temporary Highs in the Violet Skies, paru en juillet dernier, Snoh Aalgera montre qu’elle manie les codes du rn’B et de la pop actuels. Riche en morceaux rythmés et pêchus autant qu’en mélodies planantes, l’album peut compter sur la présence de Tyler, the Creator, le rappeur le plus influent de sa génération. Remaniant le temps et l’espace, Snoh Aalegra envoûte autant qu’elle déroute avec ce 3ème album sous le signe de l’amour, de l’absence et de l’attente. Notre plus grand coup de cœur, « Lost You », est le morceau à choisir si l’on souhaite s’accorder un petit voyage tout là-haut, bercé par la justesse des mots et la sensualité de la voix de Snoh.

« SEC » de Josman sur son EP « MYSTR J.O.S » ( janvier 2021)

En sortant MYSTR J.O.S en janvier, petit EP contenant 6 titres, le prolifique Josman nous a gâté pour le reste de l’année. Son rap semble à son apogée sur ce projet aussi concis que précis : les phases sont placées grâce à son phrasé séquencé, et l’instru suit avec agilité. Nous retenons surtout le titre « SEC », un déferlement de justesse et un manifeste d’opinions, dans lequel Josman s’en prend autant au racisme qu’à l’exclusion. Croyez-moi, c’est le genre de rap que vous n’avez pas envie de rater.

« Everything Tasteful » de Lala&Ce (janvier 2021)

« Everything Tasteful », c’est tout ce que le rnB, la trap et le rap actuels rêvent d’être. Forte de ses origines ivoiriennes, de ses années passées à Londres et de sa vie parisienne, Lala joue avec les mots autant qu’avec nos sentiments dans cet album sensuel et osé. Ode aux femmes, aux grandes passions autant qu’aux ivresses sans fin, cet album est festif et inclusif. La réception a été unanime : elle est LA révélation de l’année, une consécration méritée pour celle qui est passée des showcases lyonnais aux salles parisiennes bondées en l’espace d’1 an.

Yebba’s Heartbreak sur l’album Certified Lover Boy de Drake (septembre 2021)

Cette fois, il s’agit d’un seul morceau d’à peine 2 :15 ; minuscule pierre dans l’immense discographie de Drake, ce fut pourtant la perle de l’album, sans même que Drake n’ait à rapper dessus. « Yebba’s Heartbreak », par la jeune américaine Yebba, est une balade infiniment belle et sincère malgré toute sa tristesse. Le piano et la voix se surpassent sur ce sublime morceau qui nous ferait presque aimer la mélancolie.

Yaël Hirsch 

Comme nombre d’entre nous je suis tombée sous le charme de Billie Eilish et son nouvel album Happier than ever; un peu à contrecourant de notre époque, le new age et la clarinette immémoriale de Yom pour son album Celebration m’ont accompagnée tout l’été et l’automne; la seule artiste que j’ai pu voir deux fois sur scène est la merveilleuse Ayo avec son album Royal et alors qu’un de mes labels préférés Tôt ou Tard fête ses 25 ans, j’ai adoré découvrir le répertoire de Noe Preszow.

Visuel : Sand/Balthazar

You & the night & the music #18: Un plaisir fou, doux, jazzy
Interview d’Erwan Le Duc, lauréat 2021 du Prix à la Création de la Fondation Gan pour le Cinéma
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration