Cinema

Les 5 films que vous pourrez découvrir au début de cette année 2020

Les 5 films que vous pourrez découvrir au début de cette année 2020

16 janvier 2020 | PAR Yaël Hirsch

La moisson des festivals permet à Toute La Culture de voir certains films un peu en avance. Voici 5 films qui sortent dans les prochains mois et que nous nous réjouissons de pouvoir vous conseiller. 

La Cravate, un documentaire littéraire et politique passionnant

Après avoir fait expliquer le mariage et la manif pour tous par la maman sociologue de l’un d’entre eux à un ours en peluche (La sociologue et l’ourson, 2013 ) Étienne Chailloux et Mathias Théry s’attaquent à un nouveau sujet sensible avec maestria: l’engagement extrême de la jeunesse. En suivant Bastien, 20 ans, jeune militant d’extrême-droite dans son engagement dans la campagne de 2017, les réalisateurs parviennent à la fois à nous donner accès de l’intérieur à l’attrait du Rassemblement National, tout en maintenant à chaque instant une distance critique par d’une moyen aussi littéraire que cinématographique : une narration en voix off qui « raconte » la vie et les sentiments de Bastien, d’après son témoignage. Ce dernier peut commenter le fil de la narration, qui alterne avec les séquences documentaires de son quotidien au marché, au QG parisien ou sur son lieu de travail/ Film à l’image maîtrisée, la Cravate réussit à laisser beaucoup d’espace à la réflexion sur un sujet nécessairement plein d’emprise. Quand le jeune homme demande à la fin du film « Suis-je un connard ? » la question laisse chacun responsable de sa réponse. Sortie le 05/02.

 

Yiddish, de Nurith Aviv

Après avoir travaillé sur la langue des signes, la réalisatrice de Traduire, D’une langue à l’autre et Langue sacrée, langue parlée continue de creuser le sillon de son obsession magnifique. Toujours aux éditions Montparnasse et toujours projetée aux 3 Luxembourg, avec des débats pour suivre le film, Yiddish suit sept jeunes venus du monde entier, n’ayant pas forcément de liens familiaux avec la langue, et qui non seulement la parlent mais en transmettent la poésie. Le film s’articule autour de sept poèmes de l’avant-garde bouillonnante en langue yiddish de l’Entre-deux-guerres et permet d’entendre dans cette langue, par-delà les fantômes des morts, le souffle de l’avenir, de la créativité, de la vie… Sortie le 11/03.

 

 

 

Radioactive : Marie Curie, femme complète chez Marjane Satrapi

Un casting so british pour une vision très personnelle et très forte d’une de nos plus mythique scientifiques … Marjane Satrapi avait elle-même adapté son enfance iranienne dans Persepolis en Français, pour porter à l’écran un des modèles de sa mère, elle choisit Rosamunf Pike et la langue internationale de shakespeare. Le résultat est une fresque historique où elle met un grain de sel surréaliste pour traiter la radioactivité en personnage. Et aussi un portrait de femme complet derrière la scientifique : amoureuse, compétitive, passionnée par sa vocation et aussi en deuil. Un film qui nous a bouleversés au Festival du film politique de Carcassonne et dont la réalisatrice nous a parlé avec un franc-parler irrésistible (lire notre interview). Sortie le 11/03

 

Abou Leila, un road movie paranoïaque

Présenté à la Semaine de la critique l’an dernier, le road trip halluciné de Amin Sidi-Boumédiène nous emmène aux confins de l’Algérie des années 1990 avec des images fortes, une intrigue policière et une allégorie géniale des blessures politiques encore si vive du pays. Western d’un nouveau genre qui parvient à nous plonger dans la réalité de la folie, ce film fort est un voyage et une méditation sous acide sur le moment où le train déraille. Sortie le 18/03. Notre critique.

Rocks, de Sarah Gavron renouvelle le film social anglais

Alors que Sarah Gavron a reçu aux Arcs le Prix Femme de cinéma Sisley-Les Arcs, son film très londonien et habité par une bande de filles a reçu le Grand Prix du Jury. Mettant en scène dans un Londres multiculturel, Rocks, une jeune fille de 15 ans qui se débat pour garder son frère après le départ soudain de sa mère, le film déroule à la fois un drame et une comédie humaine lumineuse. Avec ses copines et un peu de débrouille, Rocks essaie d’éviter la séparation et le foyer. Les vues des rooftops sont grandioses, les coups de main et de grisou alternent et le lien fraternel fort est très émouvant. UN film tendre, rythmé et énergique où les personnages nous emportent dans un monde qu’ils savent rendre proche. Sortie le 15/04. Notre critique    

visuels : affiches de radioactive et yiddish

« Hate Me, Tender », Teresa Vittucci, pure féministe
Tom Bonte quitte le Beurs
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *