Actu

Tom Bonte quitte le Beurs

Tom Bonte quitte le Beurs

16 janvier 2020 | PAR Hortense Milléquant

En poste depuis 2011, le directeur du Beursschouwburg, centre artistique bruxellois, a annoncé sa démission.

Alors que le Théâtre de la Bourse s’apprête à fêter ses cinquante-cinq ans, il va devoir se chercher un nouveau directeur général et artistique. À sa tête depuis presque dix ans, Tom Bonte a communiqué au journal belge Bruzz sa décision de quitter le Beurs.

Il évoque une forme de lassitude. Pour lui, le Beurs a besoin de sang neuf pour mettre en place une nouvelle politique culturelle. Il dit qu’il n’a plus cet entrain, ni cette énergie que ce nouveau projet demande inévitablement.

Il revient également sur la période qui a suivi les attentats de Bruxelles en 2016. Il ne cache pas que cette période a été difficile pour tout le monde : la ville est alors placée en état d’urgence. Le théâtre a été fermé durant une semaine. Cette époque a été très intense et conflictuelle mais il conclut positivement que cette épreuve a resserré les liens de la solidarité bruxelloise : « Mais ironiquement nous en sommes sortis plus forts ».

Tom Bonte démissionne mais reste fier du travail qu’il a accompli, comme le prouve l’interview d’il y a cinq ans pour RTBF où il répond aux questions, enthousiaste à l’idée de fêter le demi-siècle du théâtre de la Bourse.

Il dit être heureux que le Beurs ait gagné en pertinence et n’ait pas hésité à soulever des controverses en osant aborder des thèmes de société. Il est ravi d’avoir pu travailler avec de jeunes artistes et ainsi contribuer à toucher un nouveau public : jeune et diversifié. D’ailleurs, il rappelle que les taux de fréquentation ont continué à augmenter d’année en année et pour lui, aujourd’hui, le plafond est atteint.

 

Et après ?

D’une part, Tom Bonte fait savoir que son successeur n’est pas encore choisi, il sera recherché dans les semaines à venir par le Beursschouwburg.
Et d’autre part, il révèle qu’il n’a pas non plus de nouveau travail en vue. Il comprend que la logique aurait voulu qu’il trouve un nouvel emploi avant de partir, mais il a senti qu’il devait être libre avant de chercher ailleurs pour introduire une nouvelle dynamique dans sa vie, quitte à peut-être sacrifier une certaine sécurité de l’emploi. À bientôt quarante-trois ans, il espère ainsi qu’un nouveau défi se présentera prochainement à lui.

 

Visuel : © Hortense Milléquant – Tous droits réservés

Les 5 films que vous pourrez découvrir au début de cette année 2020
La saison 2 de Sexeducation revient sur netflix avec un Petit Manuel d’éducation sexuel version papier, réalisé par Charlotte Abramov
Hortense Milléquant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *