Actu
La démission de l’ambassadeur russe Alexander Kuznetsov débloque le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco

La démission de l’ambassadeur russe Alexander Kuznetsov débloque le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco

25 novembre 2022 | PAR Mai Linh Tang Stievenard

Le départ du président du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco, Alexander Kuznetsov, a mis fin à la paralysie de l’organisme déclenchée par la guerre en Ukraine.

Une démission fortement revendiquée

Après l’invasion de l’Ukraine par Moscou, le fait que la Russie préside la 45e session du comité qui était prévue en juin 2022 à Kazan avait abouti le 8 avril au blocage de l’organisme par 46 pays, parmi lesquels la France et la Grande-Bretagne. Comme chaque année, le comité ouvre une session lors de laquelle il actualise les sites, villes et monuments architecturaux ou naturels les plus remarquables inscrits au patrimoine de l’humanité.

Face à ce blocage, la direction générale de l’Unesco avait dû se résoudre en avril à reporter sine die la session du comité et à établir une médiation pour trouver une solution face à ce blocage. « Cette médiation par la direction générale de l’Unesco aboutit aujourd’hui positivement. La démission du délégué permanent de Russie va permettre de nommer rapidement un nouveau président » a indiqué un diplomate onusien.

Un départ consenti ?

« J’ai l’honneur de vous informer de la fin de ma mission de délégué permanent de la fédération de Russie auprès de l’Unesco » annonçait le 22 novembre l’ambassadeur Alexander Kuznetsov dans une lettre adressée aux membres du comité, dont l’AFP a eu copie. Officiellement, l’ambassadeur justifie sa démission par son départ prochain à la retraite. Toutefois, l’ex-président du comité ajoute : « Je suis, à compter de la date de la présente lettre, dans l’impossibilité de poursuivre mon mandat de président de la 45e session du Comité du patrimoine mondial. » Le départ de Kuznetsov a été salué jeudi matin par l’ambassadrice française à l’Unesco, Véronique Roger-Lacan, qui a rappelé sur Twitter que « l’agression de la Russie contre l’Ukraine a conduit à la destruction de 218 sites culturels en Ukraine ». 

L’Arabie saoudite, responsable de la prochaine nomination présidentielle du comité

Face à la démission du président du comité, la réglementation de l’Unesco prévoit que la nomination du remplaçant soit effectuée par le pays qui suit directement dans l’ordre alphabétique en langue anglaise. Ainsi, après la Russie, on trouve l’Arabie saoudite (Saudi Arabia en anglais) qui devra donc nommer un successeur à la présidence du comité. Riyad dira dans les prochains jours si elle accepte cette tâche et qui elle nommera. Une réunion extraordinaire devrait avoir lieu dans les semaines suivantes pour fixer le lieu et la date de la prochaine session ordinaire qui « pourrait se tenir au premier semestre 2023 », selon l’Unesco.

Visuel : © Logo de l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) / Wikimédia Commons

Princess Erika : « J’suis pas une sainte » n’est pas un album 2.0 (Interview)
L’Épouvantaille de Stella Serfaty
Mai Linh Tang Stievenard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture
Registration