Cinema
Cinemed 2021 : une Ouverture entre enthousiasme et réflexion, avec Enquête sur un scandale d’État

Cinemed 2021 : une Ouverture entre enthousiasme et réflexion, avec Enquête sur un scandale d’État

16 octobre 2021 | PAR Geoffrey Nabavian

Le Festival du Cinéma Méditerranéen, qui se tient à Montpellier, a vu son édition 2021 s’ouvrir dans une ambiance électrique, avec l’ambitieux nouveau film de Thierry de Peretti.

En ce 15 octobre au soir, le Festival du Cinéma Méditerranéen célébrait, à Montpellier, le lancement de sa quarante-troisième édition. Son directeur Christophe Leparc et sa chargée de programmation Géraldine Laporte l’ont officiellement ouverte – après quelques mots par vidéo interposée de son président Leoluca Orlando – dans une atmosphère de restrictions allégées par rapport à 2020, et devant une salle comble et enthousiaste, prête à célébrer films d’auteurs encore peu connus et avant-premières attendues une semaine durant.

De Buñuel à Hafsia Herzi

La programmation du Festival s’avère, en 2021, particulièrement ambitieuse : elle offre notamment au public une fenêtre sur le travail artistique des libanais aux interrogations artistiques et politiques Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, connus aussi bien des amateurs d’art contemporain – qui peuvent notamment garder en tête … »Tels des oasis dans le désert », installation présentée dans le cadre du Festival d’Avignon 2009 – que des spectateurs de cinéma, qui saluèrent entre autres leur film de 2008 Je veux voir, avec Catherine Deneuve, ou le documentaire The Lebanese Rocket Society. Pour l’occasion, outre leurs films, le Festival donnera à découvrir leur installation artistique Incertains États, dans l’espace du Centre Rabelais. Leur masterclass aura lieu le jeudi 21 octobre à 16h30, et sera animée par Frédéric Strauss. Également au programme, cette année, la rétrospective consacrée à l’œuvre désormais classique de Luis Buñuel – œuvre à la fois rigolarde, sans concessions et labyrinthique – avec Table ronde autour de ses films le dimanche 17 octobre à 16h. Comme un prolongement, les travaux du réalisateur Dušan Makavejev, dit « le Buñuel yougoslave », seront également à l’honneur, présentés pour certains par le célèbre monteur Yann Dedet.

On se réjouira également de l’invitation offerte à Hafsia Herzi, révélation de La Graine et le Mulet (2007) et fantastique actrice, passée à la réalisation avec Tu mérites un amour – découvert à la Semaine de la Critique, à Cannes, en 2019 – et le beau Bonne mère, à la fois engagé et très ambitieux sur le plan narratif. Elle sera présente le lundi 18 octobre à 16h pour une masterclass, animée par Ava Cahen, journaliste et nouvelle Déléguée générale de la Semaine de la Critique. Tous les spectateurs seront aussi conviés à découvrir, comme chaque année, les films de la Compétition de longs-métrages, concourant pour l’Antigone d’or, remise cette année par un jury présidé par Asia Argento.

Enquête sur un scandale d’État, clinique, ambitieux, tenu

Au moment d’ouvrir son édition 2021, le Festival, qui avait débuté en 2020 le jour de l’assassinat de Samuel Paty, a salué la mémoire de l’enseignant : à ce titre, une plaque pour le commémorer sera posée en ce mois d’octobre dans l’un des lycées de Montpellier. Le Film d’Ouverture, Enquête sur un scandale d’État – qui sortira dans les salles de cinéma françaises le 9 février 2022, distribué par Pyramide Distribution – a ensuite invité les spectateurs à une traversée ambitieuse.

Troisième long-métrage réalisé par Thierry de Peretti – comédien, metteur en scène, puis passé au cinéma avec Les Apaches, puis Une vie violente, découvert à la Semaine de la Critique, à Cannes, en 2017 – ce récit d’enquête constitue un film avec de vrais partis-pris : silhouettes s’affairant à recueillir des témoignages filmées de loin, montage intelligent de Marion Monnier et Lila Desiles qui sait laisser les scènes se couper avant qu’elles en aient trop dit… Même la musique, souvent mélancolique mais distillée au compte-goutte, paraît irriguer ce travail artistique de façon extrêmement réfléchie. C’est là le choix du réalisateur : disséquer une révélation de scandale en s’attachant à ses procédés et à ses étapes. Peut-être tout simplement parce que ces deux derniers finissent par « avaler » les hommes et les femmes qui investiguent lors de leurs recherches…

Plusieurs cartons précisent, avant le début du film, que celui-ci constitue une fiction. On suivra au final toutes les phases de la révélation d’un scandale touchant un haut chef de la police enquêtant sur le trafic de drogue, accusé d’avoir laissé des importations se faire en masse. Une affaire remontant jusqu’à loin dans le temps, et liée même aux relations politiques entre la France et l’Espagne. D’emblée, via ses cartons d’introduction, le film pousse donc les spectateurs à prendre de la distance sur le récit et à s’imprégner des actes des personnages décrits, et de l’atmosphère où se passe toute l’action. Cette dernière apparaît assez clinique, sans aucun effet superflu : elle est au diapason de la démarche de réalisation de Thierry de Peretti. Sur le plan de sa forme, le film n’étouffe jamais son sujet et le point de vue cinématographique qu’il tient tout du long.

En prime, de tels choix parviennent à ne pas tuer la vie qui sourd des images : à l’écran, on suit de vrais personnages de cinéma, qui savent faire montre d’ambivalences. Ce sont de magnifiques acteurs qui rendent toute leur complexité : très bon Pio Marmaï, les deux pieds dans son sublime charisme habituel, en journaliste forte tête ; extraordinaire Roschdy Zem en témoin-clé, ambivalent, dur en affaires, mystérieux et parfois caractériel, piquant de magnifiques colères ; et splendide Vincent Lindon, ici chef policier ténébreux et si fascinant, exposant de sa voix caverneuse sa version des faits. Avec en prime notamment, Julie Moulier, intense et terrienne patronne de rédaction, et des figures du théâtre contemporain français qu’on adore croiser : Arnaud Churin, Pierre-Alain Chapuis

Enquête sur un scandale d’État apparaît au final comme un film qui poursuit une vraie démarche, cohérent tout du long. Un long-métrage ambitieux, qui entend donner à réfléchir. Avec, dans son parti-pris de peindre un réel engagé de façon distanciée, pour atteindre à la fois au dramatique et au critique, quelque chose de peut-être un peu buñuelien, justement.

Le Cinemed, Festival du Cinéma Méditerranéen, à Montpellier, a lieu du 15 au 23 octobre 2021. Informations et réservations : https://bit.ly/3ATApyo

Visuel 1 : © Geoffrey Nabavian

Visuel 2 : Enquête sur un scandale d’État © Les Films Velvet

Renaud Capuçon, Daniel Harding et l’Orchestre de Paris célèbrent Korngold, Stravinsky et Debussy, à la Philharmonie
Dans « Éclosion Quartet » Margot Châron danse avec les mots de Maurice Bedel
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture