Classique
Renaud Capuçon, Daniel Harding et l’Orchestre de Paris célèbrent Korngold, Stravinsky et Debussy, à la Philharmonie

Renaud Capuçon, Daniel Harding et l’Orchestre de Paris célèbrent Korngold, Stravinsky et Debussy, à la Philharmonie

16 octobre 2021 | PAR Geraldine Elbaz

Les 13 et 14 octobre 2021, la Philharmonie de Paris présentait dans la Grande Salle Pierre Boulez un programme éblouissant porté par l’Orchestre de Paris et le violoniste Renaud Capuçon, sous la Direction de Daniel Harding : Korngold, Stravinsky et Debussy à l’honneur. Deux soirées placées sous le sceau de la féérie. 

Un premier voyage autrichien avec Korngold

Dans le beau cadre de la Philharmonie, Renaud Capuçon et l’Orchestre de Paris proposent en début de programme le Concerto pour violon en ré majeur, composé en 1945 par Erich Wolfgang Korngold. Dédié à la veuve de Gustav Mahler, ce concerto en trois mouvements est l’une des œuvres les plus jouées du compositeur. Empreinte de lyrisme, de poésie et d’une vigueur rythmique stupéfiante, elle puise son inspiration dans l’univers du cinéma et propose un ensemble symphonique très visuel. Capuçon nous enchante. C’est brillant, virtuose, majestueux. Son violon danse, l’archet frétille et les notes virevoltent dans un tourbillon merveilleux. 

Départ en Russie avec Stravinsky

Place à l’Oiseau de feu, premier grand ballet du compositeur russe, dont nous écouterons la version de 1919. L’introduction nous plonge immédiatement dans un climat inquiétant. Ça gronde, la musique grave et sourde démarre sur un intervalle de quarte augmentée avec les violoncelles et les contrebasses. Le tremolo des cordes crée une tension palpable. Puis le tout monte crescendo : les cordes, les bois, les vents se succèdent et s’entremêlent. L’intensité augmente progressivement, les notes partent vers les aigus. Un motif léger se calque avec toujours cette trame de fond angoissante.

On est littéralement happé dans l’histoire, celle d’Ivan Tsarevitch, fils du tsar de Russie, qui découvre un magnifique oiseau de feu dans la forêt mystérieuse du sorcier Kastcheï. Il va le capturer et ne le libèrera qu’en échange d’une de ses plumes magiques. La rencontre amoureuse avec la princesse un peu plus tard s’exprimera musicalement avec un thème plus badin et langoureux. La musique est alors diatonique. Puis le jeune homme se retrouvera capturé par des démons. Menacé d’être changé en pierre, l’oiseau de feu volera à son secours… Des arabesques chromatiques orientales figurent les éléments magiques et la quarte augmentée produit une sensation d’insécurité. 

Clôture du concert en France avec Debussy

La Mer, trois esquisses symphoniques est une œuvre du compositeur français Claude Debussy créée en 1905 entre Paris et Eastbourne. Elle s’articule autour de trois mouvements aux harmonies impressionnistes audacieuses. La musique explore les variations lumineuses et les fluctuations marines au fil de la journée. Le matin, la mer est calme, le démarrage est construit sur un tempo lent. Puis la mer s’agite, on observe le flux et le reflux des vagues. Le vent se lève, les vagues se fracassent dans les anfractuosités de la roche, le tempo s’accélère, on passe à l’allegro. En fin de journée, tout s’assombrit. Animé et tumultueux, ce dernier mouvement convoque cordes, bois, cuivres et percussions pour un final éloquent.

Le talentueux chef d’orchestre Daniel Harding nous aura émerveillés du début à la fin. Un très beau voyage.

Orchestre de Paris, dir: Daniel Harding, violon Renaud Capuçon, Les 13 & 14 octobre 2021, 20h30, Grande Salle Pierre Boulez – Philharmonie. Durée du concert : 1h30.

Visuel : Renaud Capuçon (c) Simon Fowler

Les « Aventures du Baron de Münchhausen » à Compiègne, un mime-opéra loufoque
Cinemed 2021 : une Ouverture entre enthousiasme et réflexion, avec Enquête sur un scandale d’État
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture