A l'affiche
Sorties cinéma du 9 juillet

Sorties cinéma du 9 juillet

09 juillet 2014 | PAR Alexander Mora-Mir

Une nouvelle semaine cinéma riche, qui va satisfaire ceux qui ne supportent pas ce temps nuageux, ou ceux qui simplement veulent voir un bon film dans les salles obscures. A noter Sunhi, film sud-coréen et Blue Ruin de Jeremy Saulnier, deux petites perles.

Les Vacances du Petit Nicolas, pour se sentir léger, et rendre un moment agréable pour les enfants.
C’est la fin de l’année scolaire. Le moment tant attendu des vacances est arrivé.?Le petit Nicolas, ses parents et Mémé prennent la route en direction de la mer, et s’installent pour quelques temps à l’Hôtel Beau-Rivage. Sur la plage, Nicolas se fait vite de nouveaux copains : il y a Blaise, qui n’est pas en vacances parce qu’il vit ici, Fructueux, qui aime tout, même le poisson, Djodjo, qui ne parle pas comme eux parce qu’il est anglais, Crépin, qui pleure tout le temps, et Côme, qui veut toujours avoir raison et c’est très énervant. Mais Nicolas fait aussi la connaissance d’Isabelle, une petite fille qui le regarde tout le temps avec de grands yeux ronds et inquiétants, et à laquelle il croit que ses parents veulent le marier de force. Les quiproquos s’accumulent, et les bêtises commencent. Une chose est sûre : ce sera, pour tout le monde, des vacances inoubliables…

A Toute Epreuve de Antoine Blossier semble peu recommandable. Quel drôle de sujet ! En tout cas si vous ne tournez toujours pas la page du Bac, ce film est pour vous.
Lycée Le Corbusier, un lycée quelconque ou presque… Greg passe son bac cette année et c’est loin d’être gagné. Pour continuer à vivre son grand amour avec Maeva, il envisage un casse improbable, un casse qui doit être invisible et pour cela il monte une équipe, leur mission : voler les sujets du bac.

Du goudron et des plumes, de Pascal Rabaté est intriguant, porté par Sami Bouajila et Isabelle Carré, avec une participation de Daniel Prévost.
L’été arrive à Montauban, avec les vacances, les barbecues… et le « Triathlon de l’été », compétition populaire télédiffusée. Christian, divorcé et commercial aux petites combines, n’a d’autre joie que sa fille de 12 ans.?Par amour pour elle et pour racheter tous ses petits mensonges, il accepte de participer à ce grand rendez vous sportif. Le jour où il rencontre Christine, mère célibataire et enceinte, tout semble concorder pour que Christian prenne un nouveau départ …

Coldwater de Vincent Grashaw est un film important de cette semaine. Dans la lignée des films de Nicolas Winding Refn (Drive, Only God Gorgives), P.J Boudousqué est une magnifique découverte, jeune acteur, enrôlé pour incarner Brad, un adolescent impliqué dans plusieurs petits délits. Ses parents décident de le faire emmener de force dans le camp de redressement pour mineurs très isolé de Coldwater. Les jeunes détenus sont coupés du monde extérieur, subissent des violences tant physiques que psychologiques et n’ont d’autre choix que de survivre ou de s’échapper.

Blue Ruin de Jeremy Saulnier est LE film à voir de cette semaine, TLC l’a vu pour vous et vous le recommande. Amoureux du cinéma, cliquez-ici.
Un vagabond solitaire voit sa vie bouleversée lorsqu’il retourne à sa maison d’enfance pour accomplir une vieille vengeance. Se faisant assassin amateur, il est entraîné dans un conflit brutal pour protéger sa famille qui lui est étrangère.

Sunhi de Hong Sang-soo est un film sud-coréen, lui aussi l’une des perles de cette semaine. TLC l’a vu pour vous et vous le recommande également, cliquez-ici.
Diplômée en cinéma, Sunhi rend visite à l’un de ses professeurs, Choi, en vue d’obtenir une lettre de recommandation lui permettant d’aller étudier aux États-Unis. Ce jour là, elle revoit deux hommes de son passé: son ex-petit ami Munsu et Jaehak, un réalisateur diplômé de la même école qu’elle. Pendant le temps qu’ils passent ensemble, Suhni reçoit leurs différents conseils sur la vie; mais les trois hommes la définissent et parlent d’elle comme s’ils ne la connaissaient pas vraiment. Ils ont curieusement tous les trois la même opinion sur elle, formulée de manière similaire, et leurs réflexions semblent de moins en moins pertinentes. Mais heureusement Sunhi obtient une excellente lettre de recommandation qui la fait espérer que tous les compliments sur le papier correspondent à la réalité.

Je voyage seule de Maria Sole Tognazzi est une jolie histoire d’amour qui ne peut que faire sourire et passer un moment agréable.
Irène vient d’avoir 40 ans. Elle n’a ni mari, ni enfants mais un travail dont tout le monde rêve : elle est « l’invitée surprise » des hôtels de luxe, ce client redouté qui note et juge incognito les standards des services hôteliers. En dehors de son travail, il y a sa sœur Silvia et son ex Andrea. Irène ne recherche pas la stabilité, elle se sent libre et privilégiée. Pourtant, un événement va remettre en question ses certitudes…

Les hommes de quoi parlent-ils ? est un film espagnol de Cesc Gay.
Le portrait de  huit quadragénaires dépassés et déconcertés par leur vie. Incapables d’exprimer leurs émotions, ils se retrouvent projetés dans des situations à la fois comiques et pathétiques, révêlant leur conflit majeur : la crise d’identité masculine. Entre déprime, séduction, amour, infidélité et solitude, une radiographie de la vie amoureuse des hommes d’aujour’hui qui dépeint sans concession leurs faiblesses et leur quête d’une nouvelle identité

Circles de Srdan Golubovic
1993. Guerre en Bosnie. Marko, un soldat serbe, sauve Haris, un petit vendeur de cigarettes, des mauvais traitements de trois autres soldats et paye le prix de ce geste. Douze ans plus tard, le père de Marko travaille à la reconstruction d’une église quand le fils d’un des trois soldats se présente pour être embauché ; à Belgrade, un ami de Marko, chirurgien cardiaque, doit opérer une victime de la route qui se trouve être le meneur de la bande ; et, en Allemagne, Haris, qui mène une vie paisible avec sa famille, voit surgir l’ancienne petite amie de Marko, qui fuit un mari violent. Tout de même un peu lugubre mais belle surprise.

L’oeil de Testino capture la Fashion Week sur l’Instagram du Vogue Paris
[Festival d’Avignon] La journaliste Armelle Heliot dans le viseur des intermittents
Alexander Mora-Mir

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *