A l'affiche

L’agenda des sorties cinéma de la semaine du 31 juillet 2019

L’agenda des sorties cinéma de la semaine du 31 juillet 2019

31 juillet 2019 | PAR Anna Geslin

Un documentaire exceptionnel sur le dieu du foot Maradona, une histoire de faussaires en plein New-York, une rétrospective des huit chefs-d’oeuvre du japonais Mizoguchi… Voici l’agenda des sorties cinéma de la semaine ! 

Diego Maradona, de Asif Kapadia

Le réalisateur du superbe documentaire sur Amy Winehouse, qui retraçait sa popularité, son amour avec Blake, et sa descente aux enfers, s’est consacré à l’histoire de la légende du football: Diego Maradona. De son arrivée à Naples dans le club du SSC en 1984, son mythique but lors de la coupe du monde de 1986, et ses histoires de coke et de mafia qui le plongeront dans ses heures les plus sombres, Asif Kapadia nous fait revivre cette épopée grâce à plus de 500 heures d’images inédites provenant des archives personnelles de Maradona himself.

Notre chronique de Cannes.

 

Les Faussaires de Manhattan, de Marielle Heller

Avec 3 nominations aux Oscars: celui de la meilleure actrice, du meilleur second rôle et du meilleur scénario adapté, Les Faussaires de Manhattan s’inspirent d’une histoire vraie: celle de Lee Israel, écrivaine qui s’est spécialisée dans la création de fausses lettres. Cette ancienne auteure à succès, interprétée par Melissa McCarthy, peine à faire publier sa biographie sur Fanny Brice. Il devient de plus en plus difficile pour elle de payer son loyer et les frais vétérinaires de son chat, alors avec l’aide de son ami gay et séropositif Jack, elle décide de se lancer dans la fabrication d’une fausse correspondance épistolaire entre deux auteurs célèbres. Et là, c’est le succès…

Notre chronique ici

Rêves de Jeunesse, de Alain Raoust

Présenté au festival de Cannes, Rêves de Jeunesse raconte l’histoire d’une jeune femme, Salomé, qui trouve un petit boulot d’été dans une déchetterie d’un village. Ce lieu, voué à la destruction d’objets, se révèle être l’endroit idéal pour l’héroïne, qui au fil du film se transforme, se réinvente, tel un personnage d’un roman d’apprentissage. Dans une interview donnée à Toute La Culture, les acteurs principaux nous expliquent ce qui fait toute la magie de la déchetterie, ce lieu central du film:  

Estelle Meyer : « C’est un lieu où ce qui n’a plus de valeur en prend une autre, on sort de l’utilité marchande première. Une tasse sert à boire. Un lapin sert de gardien. Des louches deviennent des oiseaux. Il y a une transformation de la matière en poésie. Ce lieu devient un refuge des blessés du Monde, des gens viennent y trouver une deuxième vie. »

Salomé Richard : « Et en même temps, il n’y a rien dans cette déchèterie, c’est un grand espace vide donc tout peut se passer. Tous les possibles sont là, comme sur une scène, c’est un espace de transformation. »

Notre interview des acteurs.

 

Comme des Bêtes 2, de Chris Renaud & Jonathan Del Val

Pour le second volet de Comme des Bêtes, le petit fox-terrier Max est confronté à la naissance de Liam, le fils de sa propriétaire. L’arrivée du nouveau-né provoque en lui des crises d’angoisse, des troubles du comportement, ce qui pousse sa maîtresse à consulter un vétérinaire. En revenant chez lui, Max fait face à une crise majeure qu’il doit gérer: la disparition de Liam. Aidé de ses acolytes à poils, il fera tout pour ramener le petit à la maison…

 

Ricordi? , de Valerio Mieli

Valerio Mieli, réalisateur de Dix hivers à Venise, s’attaque encore une fois au thème de l’amour dans son film Ricordi ? . Ici, il est question d’un jeune couple qui se remémore les souvenirs de cette histoire, de leur rencontre, avec des points de vue divergents, des perceptions différentes. La nostalgie rend-elle les choses plus belles ? Étions-nous heureux tout ce temps sans le savoir ? Des questions qui reviennent sans cesse, et qui influent malgré tout sur leur relation. 

 

Rétrospective Mizoguchi 

Du 31 juillet au 20 août, le Louxor propose une rétrospective des huit chefs-d’oeuvre du réalisateur japonais Kenji Mizoguchi. Au programme: Les Contes de la lune vague après la pluie, L’Intendant Sansho, Les Amants crucifiés, La Rue de la honte (en versions restaurées 4K), Miss Oyu, Les Musiciens de Gion, Une femme dont on parle et L’Impératrice Yang Kwei-Fei (en versions 2K). Trois séances seront présentées par Pascal-Alex Vicent, cinéaste et universitaire qui a travaillé pendant 12 ans dans la distribution du cinéma japonais en France. Il a également dirigé la rédaction de l’ouvrage Dictionnaire du cinéma japonais en 101 cinéastes. Il animera donc les séances de : Jeudi 1 er août à 19h45: La rue de la honte / Samedi 3 août à 19h45 : L’Intendant Sansho / Jeudi 8 août à 20h: les Amants Crucifiés

 

©Visuel: affiche rétrospective Mizoguchi

Daniel Hourdé : sémiotiques du sacré, sculptures contemporaines et Salut ?
Fervent Fervaal à Montpellier
Anna Geslin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *