A l'affiche
La sélection cinéma du 18 février

La sélection cinéma du 18 février

18 février 2015 | PAR Matthias Turcaud

Cette semaine, des gens qui pètent les plombs, un vol de recette de pâté de crabe, des super-héros pas comme les autres, du rap, de la comédie musicale, et une Miss Météo aussi irrésistible que définitivement perverse. Entre autres. 

. Réalité de Quentin Dupieux, Diaphana, 1h35, France.

S’il ne nous fait pas danser sur de l’électro hypnotique sous le nom de Mr Oizo, Quentin Dupieux est là pour nous livrer des films inclassables, énergiques, fous, incomparables, bref des ovnis. L’histoire – ici un cameraman obscur qui a 48h pour trouver le gémissement le plus effroyable de toute l’histoire du cinéma – n’y est souvent qu’un prétexte à un déluge de scènes délirantes et loufoques. Voir notre critique ici.

. Max & Lenny de Fred Nicolas, Shellac, 1h26, France.

Assistant réalisateur de Robert Guédiguian, Pierre Salvadori ou encore Eric Zonca, Fred Nicolas passe aujourd’hui à la réalisation pour nous livrer un film modeste mais touchant, sur l’amitié fusionnelle, les trafics de drogue, la gestion de l’immigration et la jeunesse déboussolée dans la cité phocéenne, mais aussi le soulagement que peut procurer le rap. Voir notre critique ici et essayez de gagner vos places .

. Things People Do de Saar Klein, Chrysalis Films, 1h50, Etats-Unis.

A l’image du récent Les Nouveaux Sauvages de l’Argentin Damian Szifron, Things People Do parle d’un homme acculé et miné par les soucis qui, conséquemment, – ici un assureur trop altruiste qui perd son emploi du jour au lendemain. Avec entre autres Vinessa Shaw, qu’on avait pu apprécier déjà dans Two Lovers de James Gray (2008).

. Bons à rien (Buoni a nulla) de Gianni Di Gregorio, Bellissima Films, 1h27, Italie.

Après Le Déjeuner du 15 août (Pranzo di Ferragosto) et Gianni et les Femmes (Gianni e le donne), Gianni Di Gregorio est de retour et là aussi – comme dans Les Nouveaux Sauvages ou Things People Do, sort de ses gonds …

. Vincent n’a pas d’écailles de Thomas Salvador, Le Pacte, 1h18, France.

Réalisateur de plusieurs courts-métrages, mais également alpiniste et acrobate, Thomas Salvador franchit le cap du long, en continuant, comme dans ses courts, à se mettre en scène, cette fois aux côtés de la circassienne Vimala Pons, qu’on a pu repérer dans Vous n’avez encore rien vu d’Alain Resnais (2012) ou encore La fille du 14 juillet d’Antonin Peretjako (2013), pour un film de super-héros qui s’annonce d’ores et déjà un peu différent.

. Prête à tout (To Die For) de Gus Van Sant, Mission, 1h46, 1995, ressortie, Etats-Unis.

Mission ressort cette comédie cinglante sur l’opportunisme signée Gus Van Sant qu’on vous invite chaudement à découvrir. Le casting en est notamment excellent, avec une délicieuse Nicole Kidman, l’impeccable Matt Dillon ainsi que le tout jeune et déjà troublant Joaquin Phoenix. Voir notre critique ici.

. Bob L’Eponge – Le film (Spongebob Squarepants 2de Paul Tibbitt, Paramount, 1h33, Etats-Unis.

Tout baigne pour Bob L’Eponge et ses amis, mais leur équilibre est menacé, lorsque le diabolique pirate Steak Barbare, auquel Antonio Banderas prête sa voix dans la version originale, dérobe une recette de pâté de crabe. Nos amis vont alors se muer en super-héros ! A partir de trois ans.

. Kingsman – Services Secrets (Kingsman : The Secret Service) de Matthew Vaughn, 20th Century Fox, 2h08, Etats-Unis.

Un jeune effronté de la banlieue est recruté par les services du renseignement britannique, confrontés à la menace représentée par un certain Richmond Valentine, génie de la technologie et dangereux criminel. Matthew Vaughn, déjà réalisateur de Kick-Ass (2010), adapte une nouvelle fois une BD de l’écossais Marc Millar. Voir notre critique ici.

. American Sniper de Clint Eastwood, Warner Bros, 2h12, Etats-Unis.

Après avoir traité de la bataille d’Iwo Jima avec son diptyque Mémoires de nos pères (Flags Of Our Fathers) et Lettres d’Iwo Jima (Letters from Iwo Jima) Clint Eastwood revient avec un nouveau film de guerre, cette fois sur l’Irak, avec un Bradley Cooper qui y tente d’être à la fois un bon soldat et un bon père.

. Blanches colombes et vilains messieurs (Guys and Dolls) de Joseph L. Mankiewicz, Park Circus Films France, 2h30, 1957, ressortie, Etats-Unis.

Et enfin on ne peut pas ne pas vous recommander une perle de comédie musicale qui ne manquera pas de vous mettre le sourire aux lèvres. Avec Marlon Brando et Frank Sinatra qui plus est !

Crédits photos : photos officielles des films.

Une troisième mi-temps pour le Nouveau Festival
Koltès à la BNF
Matthias Turcaud
Titulaire d'une licence en cinéma, d'une autre en lettres modernes ainsi que d'un Master I en littérature allemande, Matthias, bilingue franco-allemand, est actuellement en Master de Littérature française à Strasbourg. Egalement comédien, traducteur ou encore animateur fougueux de blind tests, il court plusieurs lièvres à la fois. Sur Toute La Culture, il écrit, depuis janvier 2015, principalement en cinéma, théâtre, ponctuellement sur des restaurants, etc. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture