A l'affiche
[Critique] « Les nouveaux sauvages » comédie à sketchs argentine noire, mal élevée et réjouissante

[Critique] « Les nouveaux sauvages » comédie à sketchs argentine noire, mal élevée et réjouissante

17 janvier 2015 | PAR Gilles Herail

Les Nouveaux Sauvages remet au goût du jour la formule du films à sketchs pour suivre les pétages de plomb de victimes humiliées décidant enfin de se révolter. Ces explosions de violence intelligemment écrites et brillamment montées font de cette comédie argentine un des divertissements de choix de ce début d’année.

[rating=3]

Synopsis: L’inégalité, l’injustice et l’exigence auxquelles nous expose le monde où l’on vit provoquent du stress et des dépressions chez beaucoup de gens. Certains craquent. Les Nouveaux sauvages est un film sur eux. Vulnérables face à une réalité qui soudain change et devient imprévisible, les héros des Nouveaux sauvages franchissent l’étroite frontière qui sépare la civilisation de la barbarie. Une trahison d’amour, le retour d’un passé refoulé, la violence enfermée dans un détail quotidien, sont autant de prétextes qui les entraînent dans un vertige où ils perdent les pédales et éprouve l’indéniable plaisir du pétage de plombs.

Les nouveaux sauvages a connu un vrai phénomène de société en Argentine où il a fini l’année en tête du box-office, devant les productions américaines. Vendu comme un film de crise, répondant à l’accumulation d’injustices par des vengeances jubilatoires, la comédie à sketchs de Damian Szifron a traversé les frontières précédée d’un statut de film culte. L’aspect politique est présent lors des premiers sketchs qui évoquent en toile de fond une société argentine étouffée par la corruption et les inégalités économiques. Mais cette critique sociale n’est qu’un vague cannevas. Le propos du film, plus modeste, se rapprochant en réalité du sympathique God Bless America de Bob Goldwaith qui voyait un duo improbable embarqué dans un road-movie sanglant pour régler leurs comptes à tous les cons.

Les nouveaux sauvages commence avec une introduction ultra efficace. Maniant à la perfection l’art du tempo et du rythme jusqu’à une chute (littérale) hilarante. Ce ton taquin, méchant, avec une bonne dose d’esprit revanchard et de violence gratuite sera présent tout au long du film. Malgré des segments plus longs et moins efficaces. Cette noirceur bon enfant devient souvent réjouissante, quand le passage à l’acte mobilise des instruments et des techniques variées. Des couteaux, des avions, des voitures, des explosifs. Tout en restant familiale, la drôlerie évite le consensuel et assume son petit côté punko-trash. Les nouveaux sauvages fait un bien fou et bénéficie à fond de son effet cathartique. Une belle surprise à découvrir en salles.

Gilles Hérail

Les nouveaux sauvages, une comédie argentine de Damian Szifron avec Ricardo Darin, durée 2H02, sortie le 14 janvier 2015

[Portrait] le revival populaire et grand public de Chantal Lauby, l’ex bonne copine trash de Les Nuls
Box-office: Angelina Jolie et l’Affaire SK1 derrière La Famille Bélier au top 10 des entrées France de la semaine.
Gilles Herail

One thought on “[Critique] « Les nouveaux sauvages » comédie à sketchs argentine noire, mal élevée et réjouissante”

Commentaire(s)

  • Rouquié

    Jouissif !

    janvier 21, 2015 at 1 h 45 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture