A l'affiche

Cannes 2019 : Jim Jarmusch et Corine en ouverture

Cannes 2019 : Jim Jarmusch et Corine en ouverture

14 mai 2019 | PAR La Rédaction

Les morts et la fête ont célébré l’ouverture de Cannes, en ce premier jour de projections et de Compétition.

En cette journée d’installation au Festival, tout bon participant se devait de se concentrer sur le film à voir, le seul : The dead don’t die de Jim Jarmusch. Après une montée des marches où le réalisateur américain a, comme toujours, fait forte impression, entouré de son casting imposant, place aux images. Cette comédie avec des morts-vivants compte des qualités, et de la maîtrise, mais ne restera pas parmi les grands Jarmusch au niveau de son fond, ou de la variété de ses effets.

C’est ensuite la Welcome Party du Festival qui a accueilli nos pieds un peu fatigués par la journée. Au sein du cadre toujours aussi magique de la Plage du Majestic, avec son ponton et son bon air marin, un groupe de musiciens et chanteurs armés de tubes dansants ont su faire se mouvoir les festivaliers jusqu’à deux heures du matin, tandis que, sur les différents stands, des spécialistes mettaient à notre disposition leurs bons produits (glace à la fraise, poulet fermier, sans compter les fromages et la charcuterie, innombrables…). Quelques verres d’alcool plus tard, on a pu retrouver des camarades distributeurs dans ce cadre agréable, et deviser avec eux de la Compétition à venir. La fête a battu son plein, sans que la pluie fine tombant sur Cannes, ce soir-là, ne décourage les esprits. Un événement très plaisant, qu’on est heureux de retrouver année après année, et qui a su aboutir cette année à une ambiance particulièrement réussie.

A 23h00, « chez Corine » ouvrait ses portes à quelques happy few. Cette soirée cannoise était aussi marquée par l’ouverture du nouveau Silencio à Cannes dans un petit club intime. Boule à facette, Dorion DJ résident qui passe la motown et la b.o. de Dirty Dancing, nous nous sommes trouvés de retour aux années Disco avec Corine et sa grande afro blonde. Jusqu’au 21 mai la chanteuse a invité Fishbach, Cléa Vincent, Pedro Winter, Madame Arthur et bien d’autres sous la boule à facettes. Mais pour la soirée d’ouverture, avec ses mains expressives, sa voix d’entraîneuse qui parle autant qu’elle chante et son danseur sexy, c’est elle qui a fait le show. Les tubes de son album Un air de fête ont été généreusement partagés de Il fait chaud au medley filmé par Alma Jodorowsky. Un joli Cocktail où Corine nous a souvent demandé Pourquoi, pourquoi, a agité ses grandes mains mieux que Dalida et joué du « sprachgesang » avec une habileté qui a su rester festive. La preuve : quand la diva aux paillettes altruistes s’est assise et que On the radio a retenti, tout le Silencio mourrait d’envie de danser… Un chez Corine, à suivre donc, pour danser et chanter à Cannes.

Visuels : © Geoffrey Nabavian / © Yaël Hirsch

Promenade au festival BD d’Aix-en-Provence
« Suffis-toi d’un buis », une exposition à humer à La Ménagerie de Verre
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *