A l'affiche
[Best of 2014] Notre top 10 des meilleurs films américains de l’année

[Best of 2014] Notre top 10 des meilleurs films américains de l’année

27 décembre 2014 | PAR Gilles Herail

Beaucoup de diversité au sein du cinéma américain en 2014, entre films indépendants et blockbusters d’auteur. Tous les genres sont représentés, du thriller à la comédie en passant par la science-fiction. Les chroniqueurs de Toutelaculture présentent (sans classement) leurs 10 films préférés de l’année. Retrouvez ici notre top 10 des films français et celui des meilleurs films étrangers (hors USA).

The grand budapest Hotel

grand budapestThe Grand Budapest Hotel est un film d’auteur populaire comme on les aime. Visuellement somptueux, en permanence inventif, s’embarquant dans une série d’aventures rocambolesques qu’Hergé n’aurait pas reniées. Sautillant, bondissant et fourmillant d’idées, le dernier Wes Anderson est l’une des oeuvres les plus jubilatoires de l’année. (Gilles)

Boyhood:

boyhoodRichard Linklater avait déjà intégré la notion du temps qui passe dans ses films de la trilogie « Before » (Sunrise, Sunset, Midnight) où il étalait son récit sur 20 ans en suivant un couple (Julie Delpy & Ethan Hawke). Avec Boyhood il marque considérablement le cinéma de son empreinte en proposant une expérience unique, monter un film avec 12 ans de tournage derrière et des acteurs qui évoluent et grandissent sous nos yeux. Un condensé d’émotion qui nous fait retomber en enfance. (Hugo)

Maps to the stars

maps-to-the-stars-posterl y a, chez David Cronenberg, le goût des climats troubles, des plongées psychanalytiques et de la violence sidérante. Dans Maps of stars, nous avons droit à une véritable cartographie des névroses familiales et cinématographiques : fantasmes d’incestes, fantasmes de célébrité se répondent avec cruauté et humour (Olivia, Amélie)

Love is Strange

lovestrangeUne histoire d’amour et de dèche tendre et originale qui nous a plongé dans un New-York aux antipodes du branchouille facile et qui est notre coup de coeur … de la  Berlinale 2014

(Olivia et Yael)

Blue Ruin

Petit bijou qui est arrivé comme un ovni aux spectateurs de la quinzaine et dublue-ruin-poster festival de Deauville 2014, le premier film de Jeremy Saulnier dresse une atmosphère aussi piquante qu’effrayante. Une bonne adresse que les cinéphiles se sont transmise de bouche à oreille à la sortie française du film, au printemps dernier (Olivia et Yael).

Night Moves 

Un beau film night movesvert et noir, de ces films importants et inconfortables qui demandent du temps pour décanter…

(Olivia)

Dallas Buyers Club

Dallas Buyers ClubIl est difficile de raconter une histoire de malades (voire de mourants) sans passer par la case violons. Jean-Marc Vallée (C.R.A.Z.Y, Café de flore) y est parvenu. Matthew McConaughey incarne avec puissance et espièglerie Ron Woodroof, ce drôle de malade, qui fait de sa cure un business et une lutte contre la suprématie des traitements pharmaceutiques. Jared Leto (oscar du meilleur second rôle) est lui aussi majestueux dans son rôle de travestie toxico/businessman… Un film d’une justesse foudroyante. (Hugo, Nausicaa)

Gone Girl

La sortigone girle d’un David Fincher est toujours un événement. Celui-ci ne nous aura pas déçus. On ne peut pas oublier la perversité qui suinte de ce quotidien capté en de larges mouvements de caméra. Qui se dégage de tous ces personnages plongés dans une réalité artificielle. Qui nous cueille, nous tient en haleine, et nous laisse vidés et démunis. Un film qui ne passe la brosse qu’aux cinéphiles. Rendez-vous aux Oscars ?  (Geoffrey).

Interstellar :

interstellar3L’envie de cinéma de Christopher Nolan illumine en permanence Interstellar. Des choix de scénario audacieux, une gestion des ellipses surprenante, du spectaculaire intimiste. Le réalisateur du Dark Knight mélange le drame familial, la grande aventure intergalactique, la réflexion métaphysique sur le temps, le discours scientifique avant-gardiste. Un des films les plus denses et les plus enthousiasmants de l’année. (Gilles)

Les brasiers de la Colère :

les-brasiers-de-la-colere-poster_470824_43937Quatre ans après avoir fait sensation avec Crazy Heart (Oscar et Golden Globe du meilleur acteur pour Jeff Bridges), le réalisateur américain Scott Cooper revient avec Les Brasiers de la colère, un film sombre et puissant porté par un Christian Bale en état de grâce. (Hugo)

Playlist de la semaine (97)
Les plumes en voyages poésie
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture