A l'affiche
[Best of 2014] Les meilleurs premiers films de l’année : notre top 10 des cinéastes à suivre

[Best of 2014] Les meilleurs premiers films de l’année : notre top 10 des cinéastes à suivre

30 décembre 2014 | PAR Gilles Herail

Dernier best-of ciné de l’année pour parler des premiers (et deuxièmes!) films qui ont marqué 2014. Beaucoup de films français de très grande qualité, de représentants cannois et de cinéastes prometteurs.

Les combattants (Thomas Cailley)

les combattantsPorté par le duo Adèle Haenel – Kevin Azaïs, Les combattants est plein de légèreté, de simplicité, d’humour et de romance On se sent vraiment bien avec ces deux personnages et on aime les suivre dans leurs galères et leur romance. Pour son premier film, Thomas Cailey a trouvé la formule idéale avec un mélange des genres (drame, romance, comédie) qui permet un scénario simple et efficace dynamisé par un casting parfait (Hugo, Amélie).

Party Girl (Samuel Theis, Marie Amachoukeli, et Claire Burger)

party girlTrois surdoués de la Femis, Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis passent derrière la caméra pour filmer une histoire « vraie ». Celle d’une femme de 60 ans qui n’a connu que la vie d’oiseau nocturne et qui apprend à se « ranger ».. Party Girl est un portrait de femme à la fois populaire et pointu, poignant et pudique. Avec dans le rôle-titre, l’héroïne de l’histoire qui a inspiré le film. (Hugo)

Nicole Garcia en a très bien parlé: « un film sauvage, généreux et mal élevé ». Party Girl est un des films les plus troublants de l’année qui suit une femme hors du commun, avec son charisme et ses incohérences, accro malgré elle à une liberté qu’elle valorise plus que tout. Un film qui ne laisse pas indifférent. (Gilles)

Palerme (Emma Dante)

palermeEmma Dante nous propose un western moderne réjouissant, millimétré et jusqu’au-boutiste. Transformant un incident de pacotille entre deux femmes en un affrontement absurde et épique, Palerme crée en crescendo une tension jubilatoire, sous le chaos caniculaire sicilien.

Un film d’ambiance, de visages, tendu, drôle, électrique, fascinant. Un vrai coup de maître. (Gilles, Amélie)

Nightcall (Dan Gilroy)

nightcall2On se prend au jeu de cette chasse au fait divers et au scoop menée par un autodidacte trouble, malsain, qui repousse sans cesse les limites pour assouvir son obsessionnelle soif de reconnaissance.

Après Gone Girl et sa méchanceté noire, Night Call fait partie des tous meilleurs thrillers de l’année. Glaçant, original, pertinent et ultra divertissant. (Gilles, Hugo & Geoffrey)

States of Grace (Destin Daniel Cretton)

affiche-states-of-graceAprès un premier long non sorti en salles (I‘m not a hipster), Destin Cretton filme avec sensibilité ces instants de partage ou d’incommunicabilité, ces terreurs sourdes, ces déracinements et ces attentes immenses. L’humour, la dérision, permettent d’établir un équilibre précaire entre les éducateurs et les jeunes.

Beau regard grave et sourire lumineux, Brie Larson fait passer toutes sortes d’émotions. Vive, nerveuse, la caméra suit, au plus près, les adolescents blessés. Face à eux, les éducateurs se révèlent presque aussi fragiles, aussi perdus. A voir absolument ! (Olvia/Hugo)

Mister Babadook (Jennifer Kent)

Un film quMister Babadooki fait peur. Avec un vrai fond. Une vraie interprétation. Plutôt exceptionnel. La magnifique Essie Davis et le remarquable Noah Wiseman, cloîtrés dans leur maison et  dans leur mal-être, doivent affronter seuls une menace. Qui les fera réagir très différemment…L’australienne Jennifer Kent jette dans sa marmite son vécu et ses références, et en tire une cuisine inédite. Un film qui saura titiller vos vraies angoisses. (Geoffrey)

Hippocrate (Thomas Lilti)

hippocrate afficheDerrière le pas cadencé de Vincent Lacoste encore un peu boutonneux sous la blouse blanche, Hippocrate dit des choses importantes sur le milieu hospitalier et pose des questions de société intrigantes.

Un film au rythme bien étudié, où irradie une fois encore la présence de Réda Kateb. (Yael). (Après vérif, c’est un deuxième film! Le cinéaste avait déjà réalisé Les yeux bandés)

Elle l’adore (Jeanne Hery)

ElleladoreThriller original et extraordinairement joué, Elle l’adore réinvente le mythe de la groupie et fait résolument sortir le personnage de son état adulescent des années 1970 pour lui donner un corps contemporain en une Sandrine Kiberlain absolument remarquable.

L’excellente surprise de la rentrée (Yael)

Libre et assoupi (Benjamin Guedj)

Libre et assoupiToujours difficile de trouver un ton différent dans une comédie. C’est toute la réussite de ce premier film de Benjamin Guedj, d’une incroyable fraîcheur, questionnant l’oisiveté d’un personnage principal s’inscrivant dans la lignée d’Alexandre Le Bienheureux.

Le second rôle mémorable de Denis Podalydes est à l’image du film: lunaire, rêveur, hors sol et charmant. Une très jolie découverte.

La belle vie (Jean Denizot)

La Belle VieC’est l’amour, le respect et les valeurs qui sont au cœur du film, non le fait divers. Baignée de musique folk (dont les Moriarty), fêtant le rapport père-fils dans une nature sauvage, vantant les « mecs bien » cette Belle vie n’est pas sans rappeler, en version frenchie, le Mud ou le Shotgun Stores de Jeff Nichols.

Un beau film, sublimé par la photo de Elin Kirschfink. (Yael)

Fidelio l’odyssée de la mer (Lucie Borleteau)

fidelioFidelio nous embarque dans un vrai film de mer et de marins, porté par une jeune actrice fantastique. La réalisatrice.Lucie Borleteau a réussi un premier film complet et étonnament mature, aussi bon dans la chronique d’un univers professionnel passionnant que dans le portait de femme.

Une cinéaste à suivre (Gilles)

Culture TV. Saga de la télévision française au musée des arts et métiers à Paris
La sélection ciné du 31 décembre
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture