Actu
Yoann Bourgeois se défend de plagiat

Yoann Bourgeois se défend de plagiat

15 février 2021 | PAR Salome Helgoule Vallot

Le co-directeur du Centre Chorégraphique national de Grenoble est soupçonné de plagiat depuis qu’une vidéo intitulée L’usage des œuvres, mettant en exergue des similitudes entre les spectacles de Yoann Bourgeois et ceux d’autres artistes, a été publiée sur Vimeo. Le circassien « réfute catégoriquement ces soupçons de plagiat » comme l’a rapporté l’AFP.

La vidéo, uploadée anonymement le 6 février, superpose des extraits des spectacles de Yoann Bourgeois, comme Minuit ou Celui qui tombe, à ceux de nombreux artistes du spectacle vivant à l’instar de Camille Boitel, Chloé Moglia ou encore Pierre Pélissier et montre à ce titre d’importantes ressemblances dans les dispositifs de mise en scène. Pour Yoann Bourgeois, cette vidéo n’est qu’une « compilation de fragments courts qui donnent le sentiment d’une manipulation et qui est très violente ; je suis profondément blessé par cette méthode« . 

Dans une tribune publiée le 9 février sur le site du Centre National des arts du cirque, de la rue et du théâtre (ARTCENA), Yoann Bourgeois avait réagi à cette vidéo sans toutefois la citer : « Faut-il crier au scandale dès lors qu’un artiste use d’un agrès, ou d’une technique, expérimentés par d’autres ? » citant nommément l’un des artistes dont il est question dans la vidéo : « Dans le domaine du spectacle de très nombreux culbutos ont existé, sous différentes formes dont le formidable « monsieur culbuto » de Pierre Pelissier avec qui je suis associé pour concevoir mes propres culbutos ! » Dans ce texte, le circassien invoque la différence entre œuvres et motifs, expliquant que le théâtre ne fait pas exception dans la construction de l’histoire de l’Art qui « est une suite infinie de réinterprétations et de détournements d’idées, de motifs, de références. »

L’une des autrices citées, Chloé Moglia, a réagi sur Facebook, revenant sur cette « stupeur oubliée » qui l’avait « saisie » quand elle avait découvert le spectacle Minuit au Théâtre des Abbesses en 2014 : « La fin du spectacle m’offrait d’être spectatrice d’une séquence pour le moins connue tant elle ressemblait à « En suspens » que j’avais créé quelques années plus tôt avec Mélissa Von Vépy. » Si la circassienne et trapéziste n’accuse pas l’artiste de plagiat, elle dénonce néanmoins « un mécanisme d’une rare ampleur et éminemment complexe » qui secoue le secteur culturel et qui semble avoir toujours été tu par ses acteurs. Cette polémique soulève des problématiques plurielles sur la question des droits d’auteurs, de l’usage des références artistiques, en définitive de ce que Chloé Moglia  appelle « l’éthique dans le secteur culturel ».

Crédits visuels : Laetitia Larralde 

 

Fantastic Mister Zguy dévoile ses « Etats d’âme » en musique
« Zeppelin Bend » : Katerina Andreou rebondit encore au Centre Pompidou
Salome Helgoule Vallot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture