Cirque

« Celui qui Tombe » : l’élégance en équilibre de Yoann Bourgeois

« Celui qui Tombe » : l’élégance en équilibre de Yoann Bourgeois

30 septembre 2015 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Celui qui tombe est en train de devenir un classique. Créé à la Biennale de Lyon, présenté au Théâtre des Abbesses en 2014, puis en 2015 au Théâtre de la Ville, il continue sa course de beauté au Monfort jusqu’au 10 octobre. Un discret bijoux

Ils sont six personnages, non pas en quête d’auteur mais en recherche d’équilibre. Ne pas tomber, enfin essayer. Courir, s’enlacer, se retrouver, pour chuter à nouveau. Sur un plateau en suspension qui semble descendre du ciel Incarné, ils sont là, perdus, naufragés d’un radeau qui a perdu ses eaux.

Pris dans l’actualité, Celui qui tombe prend une teinte particulière. Ils sont échoués, jouent avec la peur. Ils l’apprivoisent, la draguent, la dominent. Eux sont habillés ville, n’ont pas l’air d’y toucher, comme si se trimbaler sur cette scène, qui est une allégorie de tous les agrès possible du cirque.

La bande son onirique participe de cet art que maîtrise tant Yoann Bourgeois : Beethoven, Purcell, Garnier, Sinatra. Nous sommes ici dans des références faussement faciles. Tout est ici, à l’instar de Minuit où la fuite était empêchée par un trampoline venant rappeler à l’ordre et contraindre les volontés d’échappatoires.

Avec Celui qui tombe il impose à ses acrobates de s’accrocher au sol. Mais un sol tout aussi fuyant que les décors qu’il utilise généralement.  Ne pas chuter. Exister encore. Tenir bon. Et tout cela sans jamais faire de bruit. Les interprètes sont vertigineux de talent : Jean-Baptiste André, Mathieu Bleton, Julien Cramillet, Marie Fonte, Elise Legros et Vania Vaneau en alternance avec Francesca Ziviani doivent contraindre leurs corps à des postures qui les entraîne dans un arrière qui en ferait chuter plus d’un.

Allégorie de l’humanité, pauvre pécheresse abandonnée à son triste sort, dirigée par ses envies et contrainte pas ses impossibilités d’avancer comme elle le voudrait, cette pièce est un écrin dont la beauté se savoure sur la durée.

Infos pratiques

Dramaticules
Tanit Théâtre
theatre_silvia_monfort

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *