Actu
Une pétition pour maintenir le Centre Pompidou ouvert pendant les travaux

Une pétition pour maintenir le Centre Pompidou ouvert pendant les travaux

09 février 2021 | PAR Salome Helgoule Vallot

L’Association pour la Défense des Riverains et et l’Animation du Quartier des Halles (ADRAQH) a lancé une pétition afin de maintenir Beaubourg ouvert pendant les travaux afin d’éviter aux commerces et restaurants alentours de souffrir de cette fermeture alors que la pandémie de Covid-19 les a déjà lourdement affaiblis. 

La ministre de la culture Roselyne Bachelot a annoncé le 25 janvier dernier la fermeture du centre national d’art et de culture Georges Pompidou de 2023 à 2027 pour une opération de désamiantage et de remise aux normes du bâtiment. Cette décision, prise sans consultation préalable avec les habitants et commerçants du quartier, est une véritable catastrophe pour ceux qui font face à une hausse importance de la précarité compte tenu de l’épidémie de Covid-19. 

L’ADRAQH, inquiète des conséquences économiques et sociales de cette fermeture, rappelle dans sa pétition que le centre Pompidou est « le temple parisien de l’art contemporain est aussi la clef de voûte d’un écosystème – notamment les quartiers centraux Saint-Merri, des Halles et du Marais – dont les acteurs économiques et culturels dépendent largement des flux de visiteurs et d’usagers de Beaubourg. » Le maire de Paris centre, Ariel Weil (PS), s’est dit consterné par cette annonce et a demandé au président du centre d’art et de culture d’organiser une rencontre avec les riverains.

Serge Lasvignes, président du centre Pompidou, est « prêt à rencontrer habitants et commerçants » mais il a déclaré par ailleurs que les travaux étaient « inévitables » : « Le bâtiment finit par être en péril. Il en va de la sécurité des collaborateurs, des visiteurs et des œuvres. Nous n’avons pas le choix. Pour nous aussi, la fermeture, c’est la pire des choses.» En outre, maintenir le centre ouvert pendant les travaux aurait engagé des frais plus importants (passant de 200 millions d’euros à 226 millions) et « le chantier aurait duré sept ans [et] n’aurait pas permis de désamianter complètement le site.»

Crédits visuels : ©ABN

Contre la politique culturelle des voix s’élèvent: incompréhensions, contestations, interpellations
L’agenda classique et lyrique de la semaine du 09 février 2021
Salome Helgoule Vallot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture