Politique culturelle

Saison 2013/2014 de l’Odéon : de grands Maîtres et la relève

Saison 2013/2014 de l’Odéon : de grands Maîtres et la relève

10 mai 2013 | PAR Christophe Candoni

La semaine prochaine, Luc Bondy dévoilera la nouvelle saison de l’Odéon-théâtre de l’Europe.

L’actuel directeur du théâtre de l’Odéon mettra en scène pour le début de l’année 2014 Les Fausses confidences de Marivaux avec la sublime Isabelle Huppert bien entourée de Bulle Ogier, Louis Garrel et Jean-Damien Barbin, juste avant que Patrice Chéreau ne monte Comme il vous plaira aux ateliers Berthier avec là aussi un casting des plus prometteurs puisque la comédie de Shakespeare rarement montée réunira un beau duo d’actrices (Audrey Bonnet et Clotilde Hesme) et scellera surtout les retrouvailles du metteur en scène avec l’acteur Gérard Desarthe qui porta autrefois les rôles-titres de Peer Gynt (1981) puis d’Hamlet dans la Cour d’honneur du Palais des papes à Avignon (1988).

Aux côtés des Maîtres, la nouvelle génération sera représentée par deux jeunes metteurs en scène : Jean Bellorini, chef de troupe de la compagnie Air de Lune, vivement remarqué avec les deux spectacles Tempête sous un crâne et Paroles gelées, accompagné par le théâtre du soleil, le tnt de Toulouse et le TGP de Saint-Denis, il s’attaquera à La Bonne âme de Se-tchouan de Brecht donné à Berthier où Benjamin Porée, petit poulain du théâtre de Vanves qui se voit ouvrir pour la première fois les portes d’un grand théâtre public, proposera une reprise attendue de sa mise en scène de l’intégrale du Platonov de Tchekhov.

Côté théâtre européen, Katie Mitchell fera enfin sa première parisienne en présentant son adaptation à la fois cinématographique et théâtrale du roman Die gelbe Tapete de Charlotte Perkins Gilman créée à la Schaubühne en février dernier et jouée par les formidables acteurs de la troupe berlinoise dont Tilman Strauß, Luise Wolfram et Cathlen Gawlich avec qui elle avait déjà réalisé Christine d’après Mademoiselle Julie. La radicale et engagée dramaturge et performeuse espagnole Angelica Liddell reviendra à l’Odéon pour présenter Todo el cielo sobre la tierra (El síndrome de Wendy) après le festival d’Avignon cet été. Découvert la saison dernière avec Die Weibsteufel, le metteur en scène autrichien Martin Kusej revient à l’Odéon à l’automne pour Les Larmes amères de Petra von Kant de Rainer Werner Fassbinder. La production créée au Residenztheater de Munich a reçu le Prix théâtral le Faust 2012 de la mise en scène.

On vous l’annonçait ICI, l’artiste associé au théâtre de l’Odéon depuis 2010 Joel Pommerat, qui a triomphé cette saison avec La Réunification des deux Corées, beau spectacle dans lequel il explorait les vicissitudes de l’amour, ouvrira la saison 2013/2014 avec la recréation de deux œuvres majeures de sa carrière que sont Au monde, dont il signera également une version lyrique composée par Philippe Boesmans, et Les Marchands. En fin de saison, il mettra en scène un texte dramatique de Catherine Anne intitulé Une année sans été alors que le Cyrano de Bergerac interprété par Philippe Torreton tiendra l’affiche dans la mise en scène modernisée de Dominique Pitoiset créée au tnb de Rennes pour laquelle le héros libertaire évolue dans un asile de fous.

Photo DIE BITTEREN TRÄNEN DER PETRA VON KANT / HANS JÖRG MICHEL

L’Ultra Bal de la java
[Live report] Suuns au Trabendo : rock tamisé et performance éclatante
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *