Actu
Les relations épistolaires de Simone de Beauvoir et Violette Leduc aux enchères

Les relations épistolaires de Simone de Beauvoir et Violette Leduc aux enchères

09 décembre 2020 | PAR Mahaut Adam

Trois cents lettres échangées entre la philosophe Simone de Beauvoir et la romancière Violette Leduc, entre 1945 et 1972, sont vendues aux enchères à la maison Sotheby’s. La vente à huis clos a commencé lundi 7 décembre et sera close le 15 décembre.

La maison Sotheby’s propose de vendre cette correspondance, presque intégralement inédite, sur l’amitié littéraire entre ces deux femmes, toutes deux cheffes de files du mouvement féministe d’après-guerre en France. Rédigées à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’en 1972, date à laquelle Violette Leduc disparaît, l’estimation première de leurs échanges épistolaires est comprise entre 60.000 et 80.000€.

Violette Leduc est connue pour ses œuvres romanesques et poétiques comme Ravages, L’Asphyxie ou L’Affamée, qui ont été parfois censurées et dans lesquelles la romancière racontait son destin de fille illégitime, ses passions impossibles pour des femmes, ses avortements, etc. Simone de Beauvoir n’aura de cesse de l’encourager à écrire, lui prodiguant sans arrêt des conseils. «Reprenez-vous, raisonnez-vous, « travaillez-vous ?». Elle relira chacun de ses textes, les remettant aussi à Jean-Paul Sartre pour qu’il la corrige, l’aidant jusqu’à l’accompagner à l’achèvement de La Bâtarde, dont elle rédige elle-même la préface. En 1956, un an après la parution de son roman, Violette Leduc passera six mois à Versailles pour une cure de sommeil avant de séjourner dans une maison de repos, jugée trop sensible pour son environnement.

En effet, la romancière est connue pour avoir sombré dans une passion destructrice pour son mentor Simone de Beauvoir, qui a toujours su continuer à l’épauler sans tomber dans la séduction, lui restant toujours fidèle. Au cours de ses nombreux voyages, par exemple, Simone de Beauvoir continue à lui envoyer des lettres, qui reportent avec détails les pays qu’elle visite avec Sartre ou Claude Lanzmann : en Italie, en Grèce, en URSS ou encore en Norvège, elle n’oublie jamais sa chère amie. Ces lettres, plus qu’un témoignage de leur pensée et de leur époque, représentent un véritable hommage à cette relation d’amitié littéraire qui ne s’est jamais dégradée, malgré le caractère sensible de Violette Leduc.

Violette, réalisé par Martin Provost en 2013, illustre à la perfection toute l’ambiguïté de leur relation, dressant un portrait juste de Violette Leduc, interprétée par Emmanuelle Devos.

Visuel : © https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=39952804

L’agenda cinéma de la semaine du 9 décembre 2020
Where is Jimi Hendrix? : Une ode à la paix sur ton kafkaïen
Mahaut Adam

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture