Tendances

Paris Fashion Week: le dresscode indispensables des lieux culturels parisiens

Paris Fashion Week: le dresscode indispensables des lieux culturels parisiens

28 septembre 2016 | PAR La Rédaction

Semaine de la mode oblige, Tout La Culture vous a concocté un carnet des tenues à adopter pour sortir à Paris. Opéra Garnier, Palais de Tokio ou le Point Éphémère finies les prises de tête avant de se pavaner aux événements de la rentrée. 

Jusqu’au 15 septembre, Thomas Jolly prend ses quartiers à l’Opéra Garnier. Pour découvrir l’opéra baroque qu’a mis en scène le jeune Rouenais, on évite de se mettre sur son 31. Seuls les touristes japonaises chaussent leurs talons de 13 centimètres pour aller à l’Opéra. Alors pour ne pas en faire trop on évite les robes extravagantes et on choisit une tenue chic et légère.

Ce week end, la Gaîté Lyrique propose une nuit blanche I Love Transmédia. Marathon de webséries et découvertes musicales originales sont au rendez-vous. Pour l’occasion on choppe ses dernières sneakers et on évite les talons. Parce que qui dit marathon dit fatigue et galère sans nom pour les demoiselles et messieurs mal vêtus.

Pour sa première exposition personnelle en France, le Brésilien Rodrigo Braga a choisi le Palais de Tokyo. Alors pour visiter ce transgressif centre de création parisien on choisit sa fringue prototype frippée à Berlin.

Vendredi soir le groupe anglais Spring King et les français  feront vibrer le Point Éphémère. Qui dit concert de garage rock dit perfecto et doc marteens alors on investit dans un blouson sympa et on file écouter leurs sons à l’énergie naïve.

Cet Automne le Musée d’Orsay propose une exposition sur le spectaculaire Second Empire. Au tant vous dire qu’on évite de sortir en redingote du XIXe siècle. Quelque soit l’exposition on essaie d’être à l’aise et on fait figure de caméléon.

Le mois prochain le Festival Paris Manga revient pour sa 22e édition. Pour découvrir les dernières productions japonaises on sort ses oreilles de chat et on profite de l’occasion pour vêtir sa robe Gothique Kawaii.

2666, la dernière mise en scène de Julien Gosselin à l’Odéon dure plus de 11h00. Pour ce marathon culturel on évite les hauts talons auxquels on préfère les mocassins Repetto. Un chic confortable pour profiter des 3 heures d’entractes sans se sentir ridicule.

Visuel: © SKWAD Photography

Juste la fin du monde offre à Xavier Dolan un démarrage record au box-office français
50 ans après sa disparition, André Breton continue à « Transformer le monde et changer la vie » au Centre Pompidou
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *