Clubs

Le Silencio a soufflé ses 3 bougies

Le Silencio a soufflé ses 3 bougies

06 octobre 2014 | PAR Megane Mahieu

Il y a trois ans, le club aux inspirations lynchéennes ouvrait ses portes au 142 rue Montmartre.

Le Silencio c’est théâtre fictif où la frontière se trouble entre le réel et le fantasmatique dans l’énigmatique Mulholland Drive de David Lynch. Mais c’est aussi un club réel, conçu par le cinéaste et ouvert il y a tout juste 3 ans. Un endroit hybride où une salle de projection, une bibliothèque de livres d’Art, un drôle de fumoir et une scène de concert se mêlent. Un endroit qui concentre donc les multiples inspirations de David Lynch, de l’Art déco aux années 50, si bien que l’on se croit Betty ou Rita le temps d’une soirée.

Pour son troisième anniversaire, le Silencio proposait une semaine au programme dense et pointu axé vers toutes les disciplines, de l’art à la gastronomie. Côté projection, il y avait l’avant-première du film de Xavier Dolan Mommy , le très attendu Eden de la gracile Mia Hansen-Love; mais aussi des dégustations (Bob’s Bake Shop, Christopher Hache etc.) et des rencontres (Cerrone etc.)

Vendredi soir devant l’entrée, les videurs armés d’Ipad contrôlent la liste. Une majorité de trentenaires lookés, grandes lianes sur talons siglées et jeunes hommes branchés barbes de trois jours descendent les escaliers du Silencio où l’on peut toujours voir les photographies issues de la série « Los Angeles » (2003-2007) signée Larry Clark cinéaste / photographe, fin observateur de la jeunesse marginale américaine.

Il y avait du monde ce soir-là dans les sombres alcôves du Silencio. Une faune branchée donc qui a notamment pu secouer leur gin tonic au son du live de Baxter Dury, encore une fois moyennement en forme ce soir là (un peu comme nous, avouons-le). Le dandy anglais nous convainc peu avec son dernier opus Happy Soup et ses synthé new-wave  qui ne nous ont que légèrement fait dodeliner la tête.

La soirée s’est poursuivie en musique avec un karaoké « girls girls girls », et un dj set en forme de duels où l’on pouvait notamment entendre  le mystérieux Jean Nipon et Marco Dos Santos ancien DA du Paris Paris.  De notre côté,  nous sommes rentrés et avons rêvé d’une clef mystérieuse, d’une brune, d’une blonde et des vallées de la cité des anges …

Visuel : ©Alexandre Guirkinger

«Souchon/Voulzy» : l’album des retrouvailles
« Gotham » : les origines
Megane Mahieu

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *