Danse
June Events : un bel hommage à Carolyn Carlson

June Events : un bel hommage à Carolyn Carlson

19 juin 2015 | PAR Flora Vandenesch

A l’occasion du 60ème anniversaire de l’Adami, la soirée évènement autour de Carolyn Carlson a lieu jeudi 18 juin au Théâtre du Soleil, programmée par le festival June Events. La chorégraphe originaire de San Francisco a fondé l’Atelier de Paris sur le site de la Cartoucherie et y a installé sa compagnie en janvier 2014. Cette soirée en trois temps est imaginée comme une synthèse du travail de Carolyn Carlson.

Carolyn Carlson fait son apparition dès le début de la pièce et nous n’avons d’yeux que pour elle. Une présence incroyable, des mouvements d’une finesse et d’une élégance rare, à 72 ans, elle incarne et respire la danse qui est si profondément inscrite en elle. Elle propose en prélude de cette soirée une conférence dansée sur la scène du théâtre du Soleil : An artist in motion, sorte de happening très représentatif du travail de la chorégraphe, qui dévoile ici son processus de création. Oscillant entre « ordinary » et « extraordinary », elle danse entourée de ses 5 danseurs autour de ce qu’elle appelle la poésie visuelle. Mouvements généreux, jetés, lancés, retenus, de l’immobilité poétique aux soubresauts dans des élans de vitalité, les gestes dansés relèvent de l’offrande. Il s’agit ici de transmission, de prendre et de recevoir. Pendant les transitions, le danseur Juha Marsalo joue sur cette question dans une belle adresse au public : Un bol en équilibre dans ses mains, il glisse : « C’est une question de prendre ou de mettre… ».

Au son des tambours, des cymbales et des rythmes aux inspirations d’Asie, d’Afrique et du Brésil, composés par le musicien-percussionniste John Boswell, les trois temps de la soirée retracent les lignes du travail de la chorégraphe, évoqué à travers trois tableaux. L’exploration des liens entre danse et musique, au coeur de la proposition de cette 9ème édition de June Events, est essentielle dans la collaboration de Carolyn Carlson avec John Boswell. Elle s’exprime au deuxième tableau Density 21.5, un solo pour Isida Micani, avec la flûte qui s’élève sur les notes d’une composition d’Edgard Varèse. Quand la lumière projette ses carrés orangés et ses ombres sur le plateau pour le final, la création Burning, un Solo pour le danseur coréen Won Myeong Won, la musique enveloppe et convertit l’espace en un autre temps. On est invités à entrer dans leur univers, portés par les sonorités des voix chuchotées, des murmures, des bruitages et des bruissements d’une langue inconnue. Carolyn Carlson évoque sa démarche ainsi : « Un dialogue intime, sans explications, sans mots, à la recherche de la note ultime du geste unique et pur. »

Visuel : June Events

Festival June Events, du 8 au 20 juin, à l’Atelier de Paris-Carolyn Carlson, la Cartoucherie, route du champ de manoeuvre, Paris 12, Métro Château de Vincennes (ligne 1) tel 01 417 417 07.

« Dark Matter » : le retour de Kate McIntosh aux Latitudes Contemporaines
Si ça « jazz à Vienne », ça Péristyle à Lyon !
Flora Vandenesch

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *