Performance

« Dark Matter » : le retour de Kate McIntosh aux Latitudes Contemporaines

« Dark Matter » : le retour de Kate McIntosh aux Latitudes Contemporaines

19 juin 2015 | PAR Audrey Chaix

Les Latitudes Contemporaines ont déjà accueilli Kate McIntosh, notamment lors de la dernière édition avec le spectacle All Ears, que nous avions vu et beaucoup apprécié. Cette année, rendez-vous au même endroit, la maison Folie Wazemmes, pour son spectacle Dark Matter, une performance-spectacle un peu loufoque où elle explore la matière en compagnie de deux assistantes (Thomas Kasebacher et Bruno Roubicek) plus maladroit l’un que l’autre. Une performance parfois inégale, mais intéressante.


Si l’esprit reste le même par rapport à All Ears, Kate McIntosh a ici changé la forme de son spectacle pour proposer un autre type de performance à son public : il jouait un véritable rôle dans la première performance, il est ici beaucoup moins sollicité. C’est avec deux assistants vêtus de très chic costumes que Kate McIntosh explore les questions existentielles de physique, voire d’astrophysique. Vêtue d’une robe verte scintillante, avec un ciel étoilé un peu kitsch en toile de fond, McIntosh transforme le plateau en véritable laboratoire pour éprouver les limites de son corps confronté à une incarnation des théories astrophysiciennes faite de bric et de broc.

Seul petit bémol : après une introduction un peu trop longue, où le public peine à saisir la direction vers laquelle se dirige la performance, celle-ci manque de parfois d’un fil conducteur intelligible pour le narrateur. Il est ainsi difficile de rester concentré pendant la bonne heure et demi que dure le spectacle. Toujours est-il que le sens de l’humour décalé de Kate McIntosh est toujours là, plus subtil que dans All Ears, mais bien présent !

Photo : © Luc Massin

[Live report] Festival international du film d’animation d’Annecy mercredi
June Events : un bel hommage à Carolyn Carlson
Audrey Chaix
Professionnelle de la communication, Audrey a fait des études d'anglais et de communication à la Sorbonne et au CELSA avant de partir vivre à Lille. Passionnée par le spectacle vivant, en particulier le théâtre, mais aussi la danse ou l'opéra, elle écume les salles de spectacle de part et d'autre de la frontière franco-belgo-britannique. @audreyvchaix photo : maxime dufour photographies.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *