Danse
Invitation à la poésie au Musée d’Orsay avec Abd Al Malik

Invitation à la poésie au Musée d’Orsay avec Abd Al Malik

06 avril 2019 | PAR Emilie Zana

À l’occasion de l’exposition Le modèle noir, le musée d’Orsay a donné carte blanche à l’artiste Abd Al Malik. Son projet Le Jeune Noir à l’Epée réunit un livre, un album mais également un spectacle poétique et engagé mêlant slam, rap et danse dont la première a suscité une longue ovation à l’auditorium du musée ce jeudi 4 avril.

« On a vu nos potes se faire fumer / On prône la paix, pas l’épée »

Rappeur, poète, écrivain, cinéaste… Ce grand artiste fait son retour avec un nouvel opus appelé Le Jeune noir à l’épée du nom d’une peinture de Pierre Puvis de Chavannes visible dans l’exposition, « une révélation » pour l’artiste. Dans son spectacle Abd Al Malik raconte tout en poésie le parcours de ce jeune homme à notre époque, armé d’un micro et accompagné de quatre talentueux danseurs dont la chorégraphie est signée Salia Sanou. L’album, chanté et dansé sur scène, réussit à transmettre sa charge d’émotions.

Le spectacle débute avec Le jeune noir à l’épée chanté par Abd Al Malik et le rappeur Mattéo Falkone. Probablement la meilleure musique de l’album, son intensité, tant sur le fond que la forme donne le ton du projet d’Abd Al Malik, combat identitaire et universel :

« (…) On crève à s’user
L’âme torréfiée
Sous l’effet couplé des additions et des renoncements
Ignoré, on constate juste l’avilissement
Et ça, c’est dans le meilleur des cas, garçon !
Dire que nous étions censés faire la révolution !
Je sais. Je suis le jeune Noir à l’épée.

(…) On a vu nos potes se faire fumer
On prône la paix, pas l’épée
On a vu nos frères et nos soeurs
Morts sur ce décor en bombe sous ces décombres (…) »

Sous nos yeux, une esthétique entre ombre et lumière, l’écran de la salle découpant ingénieusement l’ombre des corps des danseurs en parallèle de la belle mise en valeur des peaux par les lumières. Les corps bougent en harmonie au gré du rythme et avec énergie jusqu’à être réduits avec Eux à des dos de muscles et d’os animés comme sous le poids d’un dur labeur. En même temps, Abd Al Malik se met dans la peau du Jeune noir en puisant dans ses propres souvenirs d’enfance à Strasbourg, dans ses racines congolaises avec Congo mon amour et dans la poésie et la littérature qu’il a également dans la peau, faisant volontiers référence à Baudelaire, Renaud, Léo Ferré… 

Il est difficile de définir le style d’Abd Al Malik tant les ambiances qui se succèdent sur scènes sont différentes. Couleurs et formes électriques ou encore sculptures de Charles Cordier projetées sur l’écran, rap, hip-hop, slam, poésie… l’artiste pose sa voix sur un instrumental doux et émouvant à base de piano avec Les gens du voyage, ou propose des sons plus solaires avec La Vida Negra (Aquarius) et le touchant La Vie D’Ma Mère

Dans un style unique et fidèle à lui-même, Abd Al Malik accentue les mots par sa diction comme il accentue les combats contre les « bavures » policières qui ont causé la mort de Théo, Adama Traoré et plus récemment Ange, tout en faisant référence aux migrants noyés ; « parce que c’est pas l’homme qui prend la mer, c’est la mer qui prend l’homme, que son embarcation ait ou non un moteur Renault(d) »

Le projet :

Spectacle à l’auditorium du musée d’Orsay du 4 au 7 avril. Accompagné de danseurs, du rappeur alsacien Mattéo Falkone et de la chanteuse Wallen. Réalisateur : Fabien Coste. Chorégraphie : Salia Sanou. Coproduction Decibels production et le Théâtre de la Ville.

Livre et album sorti le 27 mars coédités par Présence Africaine, le Musée d’Orsay et Flammarion. En distribution digitale chez LE LABEL – [PIAS].

 

Visuels : affiche, vues du concert et Jeune noir à l’épée, Pierre Puvis de Chavannes, 1850, huile sur toile ©photo musée d’Orsay / rmn

« Paris était une fête » Benjamin Levy fait entendre les contemporains avec l’Orchestre d’Avignon
La peinture anglaise à l’honneur à la Fondation de l’Hermitage (Lausanne)
Emilie Zana

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *