Expos

La peinture anglaise à l’honneur à la Fondation de l’Hermitage (Lausanne)

La peinture anglaise à l’honneur à la Fondation de l’Hermitage (Lausanne)

06 avril 2019 | PAR Yaël Hirsch

Jusqu’au 2 juin, la Fondation de l’Hermitage présente des trésors de la peinture anglaise de l’époque victorienne, de Turner à Whistler. Avec des oeuvres venant de tout le Royaume-Uni. 

Les deux étages de la merveilleuse Fondation de l’Hermitage, sur les hauteurs de Lausanne fait la fête à la peinture anglaise. Sous le commissariat de William Hauptmann et Sylvie Wuhrmann, avec des oeuvres venues de la Tate, la Royal Collection / HM Queen Elisabeth II, la Royal Academy of Arts, tous trois à Londres, l’Ashmolean Museum à Oxford, la Manchester Art Gallery, les National Galleries of Scotland à Edimbourg ou le Hunterian à Glasgow, l’exposition nous offre eun belle perspective sur la peinture anglaise, de Turner à Whistler, en passant par les préraphaélites.

L’organisation est résolument thématique, avec d’abord des scènes de vies qui semblent les petites soeurs des grands tableaux flamands du 17e siècle et où l’on admire notamment la sublime Convalescente de James Tissot (1876). La mythologie est souvent un peu chargée (Joseph Noël Paton). 

Et l’on adore découvrir et redécouvrir des grands maîtres (Edward Coley Burne-Jones avec son allégorie de La Musique, John Everett Millais …) et des signatures moins connues des pré-raphélites (Arthur Hughues, Henry Stacy Marks). La vraie découverte de cette section est une toile sombre, qui ressemble presque à une planche photographique de Lawrence Alma-Tadema et qui s’éclaire pour nous laisser voir les détails au fur et à mesure que l’on s’en approche pour la scruter (Improvisatore, 1872).

Les paysages ont leur grande salle, avec un Turner époustouflant (Paysage avec de l’eau, 1840) et tout un pan de l’étage se focalise sur la représentation des ouvriers, des classes, des métiers, avec notamment deux toiles puissantes de Henry Nelson O’Neil. 

Une exposition foisonnante à la découverte d’une peinture souvent méconnue dans le monde francophone. 

visuels :

1. Frederick Sandys Vivien, 1863 huile sur toile, 64 x 52,5 cm Manchester Art Gallery © Manchester Art Gallery / Bridgeman Images Joseph Mallord

2. William Turner Landscape with Water, 1840-1845 huile sur toile, 121,9 x 182,2 cm Tate, accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 © Tate, Londres 2019

3. Jardin de la Fondation (c) YH

Infos pratiques

Invitation à la poésie au Musée d’Orsay avec Abd Al Malik
Jerôme Bel et Angelica Liddell au cœur de l’essentiel à Programme Commun
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *