Danse

Chukrum – Petruska, deux pièces de l’Italien Virgilio Sieni présentées en France

Chukrum – Petruska, deux pièces de l’Italien Virgilio Sieni présentées en France

08 juin 2019 | PAR Bénédicte Gattère

À l’occasion des Rencontres internationales chorégraphiques de Seine-Saint-Denis, nous avons pu assister à la mise en scène de deux pièces du chorégraphe italien Virgilio Sieni. Chukrum et Petruška n’avait encore jamais été montrées en France.

Aux côtés de figures comme Jan Martens ou François Chaignaud ou la chorégraphe brésilienne Alice Ripoll au programme de cette édition des RCI93, les deux pièces de Virgilio Sieni ne brillaient guère par leur originalité. Le public des Rencontres internationales est en général habitué à des propositions scéniques plus audacieuses. En effet, le metteur en scène italien venait ici présenter une création courte d’environ vingt minutes, Chukrum, se basant sur une seule forme esthétique très épurée suivie d’une relecture du célèbre ballet russe Petrouchka créé en 1911. Pour Chukrum, une membrane lumineuse se déploie au niveau de l’avant-scène. Derrière se meuvent des figures fantomatiques qui sans cesse se dérobent à notre regard.  Sur une musique stridente, un théâtre d’ombres se meut sous nos yeux. La proposition esthétique est radicale, certes, mais déplaisante en termes d’expérience sensible. 

Dansée sur la musique de Stravinski, Petruška  quant à elle reprend le côté burlesque et « poupée désarticulée » du ballet d’origine. Nous retrouvons également les rondes et le solo d’un personnage de faune. L’assistance s’amuse des mimiques fantaisistes des interprètes et admire leurs prouesses techniques. Cependant, nous restons à la surface des choses, à apprécier cette réactivation d’un point de vue d’esthète seulement. Les quarante minutes de spectacle semblent passer sans laisser de traces. Les références trop appuyées au ballet d’origine nous éloignent du côté alors révolutionnaire du ballet du génial créateur russe du XXème siècle. Reste la forme sans l’esprit. Toutefois, les danseurs brillent par leur présence dans cette réactivation de Petrouchka et nous laissent le souvenir d’un pur moment de beauté.  

Tout le programme des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis sur le site.

Visuel : @ Andrea Simi

Daniel Rondeau à l’Académie française : jamais deux sans trois
Etoiles Vagabondes, atterrissage imminent sur la planète Nekfeu
Bénédicte Gattère
Étudiante en histoire de l'art et en études de genre, j'ai pu rencontrer l'équipe de Toute la culture à la faveur d'un stage. L'esprit d'ouverture et la transdisciplinarité revendiquée de la ligne éditoriale ont fait que depuis, j'ai continué à écrire avec joie et enthousiasme dans les domaines variés de la danse, de la performance, du théâtre (des arts vivants en général) et des arts visuels (expositions ...) aussi bien que dans celui de la musique classique (musique baroque en particulier), bref tout ce qui me passionne !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *