Rap / Hip-Hop

Etoiles Vagabondes, atterrissage imminent sur la planète Nekfeu

Etoiles Vagabondes, atterrissage imminent sur la planète Nekfeu

08 juin 2019 | PAR Lisa Bourzeix

Ce jeudi 6 juin 2019 marquait le retour de celui qui est aujourd’hui considéré comme une figure incontournable du rap français : Nekfeu. C’est lors d’une séance  unique qui a débuté à 20 heures précises que de nombreux cinémas de France ont été les témoins de ce projet ambitieux, annonciateur de l’album Etoiles Vagabondes, sorti dans la foulée. Une nouvelle étape dans la carrière du rappeur. 

 

Un documentaire au coeur de l’univers de la création musicale 

« Aujourd’hui j’ai joué devant 80 000 personnes et je ne me suis jamais senti aussi seul », sur ces images de concert Nekfeu annonce la couleur de l’heure et demie qui va suivre. Entre complicité, travail d’équipe, solitude et rencontres c’est un tour du monde en musique qu’il offre aux spectateurs. C’est sur des images à l’ambiance calme, silencieuse, familiale que le rappeur d’origine grecque nous embarque. Mais très vite on comprend que ce documentaire ne parle pas vraiment de lui. C’est lui bien sur, son environnement, sa solitude, mais c’est surtout les gens qui l’entourent. Hugz, Doums, Diabi, les membres du $-crew et la liste est encore longue. Ce sont eux qui l’inspirent, le brident, le débrident, et qui déclenchent probablement l’hilarité de ce public, lié, dans toutes les salles de France pendant ce temps privilégié. 

Chaque mot, chaque son produit l’effet d’une étoile filante, poétique et furtive, marquante. On le connait talentueux dans sa musique, son flow n’ayant plus de preuve à faire mais c’est à une autre forme d’expression que l’on assiste ici. Celle de la parole, nue, directe, sincère. C’est surement la plus grande qualité de ce projet : la profondeur. Syrine Boulanouar et lui ne sont pas restés en surface, ne se sont pas contentés des éternels documentaires de tournées, des images impressionnantes de marées humaines et de bains de foule. Ils sont allés plus loin. La retraite spirituelle au Japon, l’ouragan à la Nouvelle-Orléans et finalement, et c’est surement le parti pris le plus courageux, la situation migratoire qui frappe la Grèce depuis des années. Des images prenantes, qui remettent l’humain au cœur de toute préoccupation. 

Un projet ambitieux et complet 

L’artiste, toujours plus exigeant envers lui-même et son équipe, signe quatre titres de plus que dans son dernier projet Cyborg pour lequel il avait déjà préparé une sortie hors norme. Il faut croire que le jeune rappeur devient expert en surprise et désire toujours le meilleur pour ses fans. En effet, à la fin du documentaire, un flashcode permettait de télécharger en direct, et donc, en avant-première l’album qui a ensuite été disponible sur toutes les plateformes de téléchargement.

Dans les premières images qui sont données à voir, les premiers moments au studio sonnent comme l’heure d’une remise en question. La patte « Nekfeu » est toujours là, elle fonctionne mais en a-t-il toujours envie ? Ce son là figurera finalement sur le projet final, sûrement le « banger » qui passera en radio mais l’album il le veut plus vrai, plus profond. C’est donc au milieu de morceaux où le flow tranchant, aiguisé est au rendez-vous qu’apparaissent Nemir, Vanessa Paradis, permettant de faire l’expérience « rap conscient », celle qui amène à réfléchir, qui conduit à l’introspection. 

Le documentaire réalisé par Syrine Boulanouar et lui-même permet de rendre compte de l’investissement artistique et musical dont Nekfeu a fait preuve. Du violon au Japon à la trompette en Nouvelle-Orléans, en passant par Bruxelles, pour finir en Grèce, là où « tout a commencé ». Au delà de la dimension musicale il est important de saluer le travail précis et sensible de l’image qui donne à voir des visages, des paysages et des moments à couper le souffle. Un passage que l’on retiendra est celui de Nekfeu et son acolyte Alpha Wann, dans le lequel le duo « feu et flingue » communie, silencieusement, ensemble, à l’écoute de la chorale gospel qui figurera sur une des pistes de l’album. Une osmose évidente, un moment hors du temps, comme une étoile filante dans un ciel dégagé.  

visuels : affiche du film et pochette de l’album ©

Chukrum – Petruska, deux pièces de l’Italien Virgilio Sieni présentées en France
Se souvenir des nébuleuses, des fils d’histoires en dessin et photographie, par Iris Gallarotti et Mélody Seiwert
Lisa Bourzeix

One thought on “Etoiles Vagabondes, atterrissage imminent sur la planète Nekfeu”

Commentaire(s)

  • Arnaud Bertin

    Superbe article, résumant poétiquement bien la sortie tant attendue de son nouveau et premier film.
    Merci Lisa

    juin 8, 2019 at 16 h 24 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *