Rap / Hip-Hop
[Live report] Kery James le charismatique à Bercy

[Live report] Kery James le charismatique à Bercy

23 novembre 2013 | PAR Stéphane Rousset

Kery James a littéralement retourné le Palais Omnisport de Bercy ce jeudi. Ceux qui étaient présents s’en souviendront longtemps. Pour les autres, restent les regrets…et le live report !

Quelques jours après l’euphorie des derniers matchs qualificatifs pour le mondial brésilien, l’atmosphère des stades s’est invitée à Bercy. Dans le rond central, celui qui « chante pour les désenchantés« , Kery James le mélancolique. Autour, presque 20 000 supporters qui crient et sautent en rythme dans une ambiance block-party bon enfant. Des drapeaux. Algérie, Tunisie, Sénégal, Mali… et même des bleu-blanc-rouge, n’en déplaise à Morano, Estrosi et leurs amis. Et puis, des maillots blaugranas floqués du code postal du Val de Marne, parce que « 9-4, c’est le Barça« .

Comme dans un stade à l’heure des hymnes, celui de la banlieue Sud fait monter la pression avant le coup d’envoi. En première partie, Mister C, L.E.C.K et Dry ont rempli leur rôle en chauffant la salle comme une savonnette qui attend de se faire détailler…et puis…

« Voilà l’son que j’attendais, surtout en période tendue, moi j’viens du 9-4, j’évite les coups tordus… » Au-delà de l’amour sincère et réciproque qui unit l’artiste et son public, quand Kery déboule sur cette scène qui s’avance telle une langue de sable au milieu des vagues de bras levés, on sent du respect. Beaucoup de respect pour celui qui fait figure de grand frère. Un rôle que le MC d’origine haïtienne endosse à merveille, notamment quand il rappe « L’Impasse » avec le jeune Bene, invité à interpréter live sa partition de petit frelon insolent. Un couplet plus tard, la plus grande salle de France frôle l’hystérie quand Akhenaton et Shurik’n apparaissent de nulle part pour reprendre « Petit Frère », un des morceaux qui a fait la légende d’IAM 15 ans plus tôt.

Reconnaissant envers ses propres aînés, le rappeur d’Orly offre encore quelques minutes de nostalgie aux plus anciens et à Rockin’ Squat du groupe légendaire Assassin, invité lui aussi à poser un couplet devant ce qui est désormais une horde survoltée.

« L’humilité et l’orgueil, le tout dans un même homme, la folie et la raison, le tout dans un seul homme« ; le reste du show est à l’image du « plus africain des antillais », de ses invités et de ses auditeurs : à multiples facettes. Corneille ou Zaho s’invitent sur les refrains mielleux repris par les ados, mais laissent place à Rohff, l’ami de toujours, quand il s’agit de représenter le ter-ter et de flatter les hormones des mâles dominants. Une chorale accompagne l’hymne « Banlieusards », pendant lequel Alix (de son vrai nom) lâche son micro : le public se charge de la mélodie.

Avant d’inviter Youssoupha et Medine pour lui disputer le titre de meilleur lyriciste dans un ersatz de battle, le MC de 35 ans s’offre une plage de calme. C’est l’heure des morceaux-hommages. À L.A.S et Dj Mehdi, les frères évaporés. À ceux qui attendent « à l’intérieur », les frères incarcérés. À sa famille de l’Africaine Mafia. Au peuple palestinien. Enfin, aux trois femmes de sa vie: sa mère, son épouse et sa fille. Et bien sûr, au public dont 4000 jeunes du 9-4 ont été invités par Kery. D’autres auraient profité d’une dédicace pour exhiber leur bonne action. Lui, n’en dira pas un mot .

À l’heure ou le rap français se déchire en ridicules guerres médiatiques pour savoir à qui revient son trône imaginaire, la figure de proue d’Ideal J a gagné le pari de l’unité, son grand credo. La première génération à la retraite, que ferait-il du trône, lui qui reste debout après 20 ans de carrière ? A quoi lui servirait-il, alors qu’il tient déjà la couronne et le sceptre ? Dans l’air épaissi des vapeurs de shit, ceux qui étaient présents ce 21 novembre 2013, ont assisté à des coups d’éclat mais pas de coup d’état: au contraire, ce fut un véritable plébiscite pendant deux heures et demi. « La rue à fait de moi Kery James le mélancolique » répète-t-il à l’envie. Jeudi soir, le Palais Omnisport de Bercy a fait de lui Kery James le charismatique.

Bonus : quelques extraits du concert sont à retrouver par ici.
Visuel (c) : annonce du concert de bercy sur le site de Kerry James.

La mémoire du monde : Stéphanie Janicot fait parler une ancestrale immortelle
[Critique] « Capitaine Phillips » : Tom Hanks héroïque dans un thriller intense et étouffant
Stéphane Rousset

2 thoughts on “[Live report] Kery James le charismatique à Bercy”

Commentaire(s)

  • aurelie

    Merci pour ton article …

    J en savoure chaque mot car ils s accordent complètement a mon ressenti ….2h 30 ou l on a rêvé aussi grâce à Kery à une France réunifiée…au milieu des turbulences de notre société et de toutes les injustices, dans cette fosse de toutes les couleurs …Venue seule, j y ai senti le respect et la fraternité (ce qui n est pas le cas de bon nombre de concerts-rap-loin s en faut )

    Bref, très bon article.

    novembre 24, 2013 at 23 h 25 min
  • stéphane

    bonsoir aurélie merci pr ce retour.
    ravi que tu aies apprécié le concert…et le compte rendu :)

    novembre 26, 2013 at 20 h 18 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *