Pop / Rock

[Interview] « Le Winter Camp Festival : un camp hivernal pour se retrouver, en club, autour de nouveaux artistes »

[Interview] « Le Winter Camp Festival : un camp hivernal pour se retrouver, en club, autour de nouveaux artistes »

03 décembre 2014 | PAR Bastien Stisi

Il fait ce matin 2 degrés sur la capitale parisienne. Le froid est tombé d’un coup. Il ne fera sans doute guère plus chaud mardi prochain (le 9 décembre), lorsque débutera la troisième édition du Winter Camp Festival, qui propose justement au public parisien (et aussi à celui de Lyon, de Lille, de Bordeaux, de Nantes, de Nîmes et du Havre) de trouver le temps d’une semaine un petit refuge douillet pour l’hiver. Il convoque pour ce faire une programmation adressée aux amateurs de folk sensible (Samaris, Lyla Foy), de rock diversement teinté (BRNS, PS I Love You) de shoegaze cradingue (The Wytches, Jessica93). Une semaine avant le début des hostilités, Guillaume Benfeghoul, son programmateur, évoque avec nous les ambitions et les objectifs de cette édition 2014.

De l’intérieur, quelle différence peut-on voir entre cette édition 2014 et la première édition du Winter Camp Festival de 2012 ?

Guillaume Benfeghoul : Dans la direction artistique du festival, nous savons aujourd’hui très vite vers où aller, quels artistes nous visons, quels plateaux nous voulons monter et fixons très tôt avec de grandes lignes directrices. Ce n’était pas le cas de la première édition… Il s’agit de toujours jauger entre le culte et le nouveau, entre les potentielles cartes blanches artistes et labels ainsi que nos souhaits de création. Aujourd’hui, encore, nous avons un cahier des charges plus défini.

Au niveau organisation, nous sommes maintenant rodés et habitués. Repérés aussi de nos divers partenaires ; mais cela ne nous empêche pas de créer de nouvelles choses et d’ores et déjà penser à la suite. Bref, nous avons plus de recul.

Grosse nouveauté et liant de cette édition #3, un point central, le campement au Point Éphémère tous les jours, qui accueille un disquaire, nos partenaires et des showcases surprises. Dans les prochaines années nous sommes en train de travailler autour de ce point central, qui se voudra créatif, ludique et point de rencontre.

« Winter Camp », c’est une manière de proposer un camp hivernal adapté aux bobos branchés qui ne partent pas au ski cette année ?

G. B. : Pas du tout, un camp hivernal pour se retrouver, en club, autour de nouveaux artistes. Le public du festival est très hétéroclite, entre fans de musique, curieux et ceux qui y sont attirés par un artiste en particulier. Après on peut aller chercher l’étiquette bobo sur plein d’événements, et pas seulement sur Paris ! Winter Camp se veut être un peu l’anti-festival et affichant la volonté de retourner voir de la musique en club, faire de la VRAIE découverte.. sur une période pas forcément fertile, en terme de concerts.

Pourquoi avoir choisi d’établir le festival sur plusieurs villes différentes ?

G. B. : Cela nous permet de faire venir des artistes qui ne sont pas forcément en tournée ou a de jeunes artistes d’avoir 3, 4 ou 5 dates. Ça permet de mettre en valeur de jeunes artistes des villes partenaires que des artistes internationaux mettent en lumière indirectement, et sur des esthétiques très tranchées. Aussi, cela nous permet d’établir de vraies collaborations avec des salles que l’on aime, des équipes qui font vivre leur bassin en local et qui ont des ambitions similaires aux nôtres à Paris. On se restreint cependant et on ne rajoutera que peu de villes par la suite; nous sommes déjà assez complet. Nous voulons travailler sur la longueur avec ces partenaires dans le but de tisser quelque chose de fort et incontournable au fur et à mesure.

Comment pense-t-on la programmation au Winter Camp Festival ?

G. B. : On la pense avant tout soirée par soirée, plateaux par plateaux. Dans l’ordre : en premier lieu, l’artiste « tête d’affiche » à son échelle, selon la salle puis un deuxième cohérent, une nouvelle tête d’affiche ou un coup de cœur et enfin une réelle découverte qui démarre ou est passée jusque-là un peu inaperçue. Toujours guidé par le coup de cœur, on ne s’interdit rien, on se dit que tout est possible comme la création Jason Lytle l’an passé. Notre cahier des charges réside seulement à s’imposer une carte blanche à un label qu’on adore et une création ou carte blanche à un artiste, comme BRNS cette année que nous accueillons pour la seconde fois, et pour son premier album, car coup de cœur humain et artistique.


A ce propos, quels noms faudra t-il, selon le point de vue qui est le vôtre, suivre tout particulièrement ?

G. B. : On aimerait toujours dire tous mais s’il faut, je me tournerai vers de nouvelles têtes: Juan Wauters, signature du super label Captured Track qui vient de faire les supports de Mac Demarco, dans la plus grande tradition des songwriters américains. The Wytches, qui va être LA révélation rock l’an prochain je pense. Jessica93, un album incroyable vient de sortir, avec des passionnés autour de lui, comme le label Teenage Menopause.

Cette année, le Winter Camp se diversifie, et ajoute à l’aspect musical l’arrivée de l’illustration, du design, de la vidéo, de la photographie, du web design…Pourquoi ce virage ?

G. B. : Cela a toujours fait partie de la moelle épinière du festival, rien qu’avec cette identité visuelle créée par Bertrand Blanchard / Hello L.A. qui nous suit depuis le début maintenant et qui exposera au Point Éphémère. C’est quelque chose qui nous tient à coeur: la pluridisciplinarité, mais toujours pour servir la musique. Mais cette démarche d’ouverture sera de plus en plus visible et cela s’étoffera d’édition en édition.

Mardi 9 décembre – Divan du Monde

SAMARIS – BUVETTE – FYFE

Mercredi 10 décembre – Trabendo

BRNS – PETER KERNEL – SHE KEEPS BEES – JUAN WAUTERS

Jeudi 11 décembre – Flèche d’Or

THE AMAZING SNAKEHEADS – THE WYTCHES – PS I LOVE YOU – SAPIN

Vendredi 12 décembre – Maroquinerie

J MASCIS – MIREL WAGNER – LYLA FOY

Samedi 13 décembre – Point Éphémère

JESSICA93 – K-X-P – LES MORTS VONT BIEN

La programmation complète, à Paris et en-dehors, est sur le site officiel du Winter Camp Festival.

Visuel : (c) Winter Camp Festival 2014

Infos pratiques

[Critique] « Retour à Ithaque » de Laurent Cantet : de bien belles conversations dans la nuit cubaine
« L’art du carnet de voyage » par Pascale Argod
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *