Jazz
Baptiste Trotignon Trio enflamme le Sunside !

Baptiste Trotignon Trio enflamme le Sunside !

09 août 2021 | PAR Geraldine Elbaz

Jusqu’à fin août 2021, le festival Pianissimo revient pour une 16è édition au Sunside, incontournable temple du jazz de la rue des Lombards. Le pianiste Baptiste Trotignon y était mis à l’honneur 3 soirs avec ses musiciens et amis depuis toujours pour nous proposer un florilège de ces dernières années : « 20 Years After ». On a eu la chance d’y assister les 6 & 7 août. C’était beau, fougueux parfois, sublime toujours.

Pianissimo Volume XVI nous voilà ! 2 soirées, 4 sets extraordinaires, généreux et rythmés. Du talent, des standards de jazz revisités, des impros, des solos fabuleux, une magnifique complicité entre les musiciens et un public envoûté : tous les ingrédients du bonheur étaient là.

Alors, comment retranscrire cette effervescence musicale inouïe ? Ces mélodies prodigieuses, où chaque note nous frappe au cœur, ces rythmiques virtuoses, impeccables, exécutées dans une orchestration parfaite ?

Imaginez une osmose à la fois rare et évidente entre un pianiste phénoménal, un contrebassiste élégant, plutôt discret au jeu subtil et un batteur tonitruant, enfin deux même car on a eu droit à l’éclatant Gautier Garrigue le 6 août et à l’exceptionnel Tony Rabeson le 7. Deux styles très différents mais chacun avec un panache et une dextérité sans faille. Gautier nous a offert un jeu assez spectaculaire, il semblait comme porté par un élan formidable, quand Tony exécutait un travail d’orfèvre, tout en délicatesse.

Baptiste Trotignon, pianiste chevronné qu’on ne présente plus, aussi incroyable dans les registres classique et jazz, réussit systématiquement à nous embarquer dans son jeu unique. Allez l’écouter à plusieurs reprises jouer les mêmes morceaux, vous ne revivrez jamais deux fois la même soirée.

Accompagné par Clovis Nicolas, son contrebassiste depuis plus de 20 ans, il nous a joué de la très grande musique, de Monk à Parker en passant par Miles Davis, des thèmes emblématiques comme Round Midnight ou All Blues, des standards de jazz repris avec brio comme Moon & Sand (Kenny Burrell, 1979) ou Inception (McCoy Tyner, 1962), sans oublier ses propres compositions jouées avec véhémence ou délicatesse selon la rythmique imposée de Not for Debby, L’amer à boire, ou encore Rosebud, clin d’œil à Orson Welles (Citizen Kane).

Deux concerts d’exception que le public aura apprécié à sa juste valeur.

Visuel : affiche

Baptiste Trotignon Trio

« 20 Years After »

Sunside Pianissimo Volume XVI

6 & 7 Août 2021

Festival Tournée Générale : entretien avec la directrice de ce jeune festival local et original
Agenda culturel de la semaine du 9 août
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture