Classique

L’ONPL célèbre la montagne et s’envole au sommet

L’ONPL célèbre la montagne et s’envole au sommet

19 octobre 2019 | PAR Sarah Reiffers

L’Orchestre National des Pays de la Loire a réuni deux grands Richard pour une soirée Romantique dédiée à l’adoration de la nature et de ses splendeurs.

Après la promenade champêtre, allons faire une randonnée alpestre ! L’Orchestre National des Pays de la Loire prend soin de nous et nous invite à un second bol d’air frais, dans les hauteurs cette fois-ci. Nos guides seront deux Richard, Wagner et Strauss.

Jeudi soir au Centre de congrès d’Angers, les musiciens étaient nombreux sur scène. Il faut dire que la Symphonie alpestre de Strauss mobilise plus d’une centaine de musiciens, dont deux harpes (malheureusement noyées sous tout le reste), une machine à vent, une machine à tonnerre, des cloches de vache et même un orgue. Le Centre de congrès a ainsi pu mettre en avant son « orgue hybride » flambant neuf, le plus grand d’Europe à ce jour. Sous la baguette de son directeur musical Pascal Rophé, l’orchestre s’est livré aux ascensions, sauts périlleux et roulés-boulés de la partition, relatant vingt-quatre heures d’aventures dans la nature, portées à leur apogée lors d’une scène d’orage majestueuse.

La nature, et plus particulièrement la forêt, était également au cœur de Les murmures de la forêt, petit bijou enchanté où fusent les chants des oiseaux, extrait du Siegfried de Wagner. L’opéra fut composé en 1857, dix-sept ans après Le vaisseau fantôme et dix ans avant Les maîtres chanteurs, dont les ouvertures étaient également au programme.

Superbe, la soirée a ainsi mis à l’honneur une musique résolument joyeuse et insouciante, extatique par moment, qui célèbre l’homme et la nature et se fait fi de la forme : dans l’entrelacement des thèmes, les envolées sont brusquement retenues pour que mieux résonne leur élan. 

Visuel : Marc Roger / ONPL

« L’étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde », à la fois bourreau et victime
Face à face musclé entre Niels Arestrup et Alexis Moncorgé dans Rouge de John LOGAN au Théâtre Montparnasse.
Sarah Reiffers

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *