Livres
L’écrivain sud-africain Damon Galgut récompensé par le Booker Prize pour « The Promise »

L’écrivain sud-africain Damon Galgut récompensé par le Booker Prize pour « The Promise »

04 novembre 2021 | PAR Clémence Duhazé

Le prestigieux prix littéraire britannique a été remis à l’auteur sud-africain Damon Galgut, qui aborde la douloureuse question de l’apartheid par une approche singulière.

Dans The Promise, Damon Galgut place son regard sur une famille blanche d’Afrikaner possédant une ferme à Pretoria durant la fin de l’apartheid. Il ausculte ainsi la dislocation de cette famille qui se déchire et questionne ses propres convictions. Il précisait lui-même dans une vidéo diffusée peu avant l’annonce des résultats que son livre se concentre sur « le passage du temps et ce qu’il fait à la famille, ce qu’il fait à la politique du pays et ce qu’il fait aux notions de justice » et qu’il faut retenir que « nous vieillissons tous, et tout change au fur et à mesure que le temps passe« . 

Une année qui met à l’honneur la littérature africaine

Damon Galgut a salué, à l’occasion de la remise du prix, « une grande année pour la littérature africaine« . En effet, le prix Nobel de littérature a été attribué au romancier tanzanien Abdulrazak Gurnah pour son œuvre décrivant les effets du colonialisme et le destin des réfugiés. Bien que son roman Paradise (1994) soit renommé, cette nomination avait été une surprise, autant pour l’auteur que pour de nombreux critiques. L’année 2021 a aussi vu le sacre de Mohamed Mbougar Sarr, l’écrivain sénégalais de 31 ans, pour le Prix Goncourt. Son livre La plus secrète mémoire des hommes rend hommage à l’écrivain malien Yambo Ouologuem. En ce qui concerne le Booker Prize, deux auteurs sud-africains avait déjà été lauréats : J.M. Coetzee en 1999 et en 1983 et Nadine Gordimer en 1974. 

Damon Galgut, finaliste pour la troisième fois du Booker Prize, est maintenant assuré d’une renommée internationale, ce prix étant l’un des plus prestigieux au monde. Lancé en 1969, il récompense un auteur ayant été publié au Royaume-Uni ou en Irlande dans l’année. La récompense s’élève à 55 000 euros et c’est l’écossais Douglas Stuart qui l’avait obtenue l’année précédente pour Shuggie Bain, son premier roman, qui décrit la cruauté du monde ouvrier dans les années 1980 à Glasgow. Damon Galgut était cette année en concurrence avec les cinq autres finalistes : Patricia Lockwood pour No One Is Talking About This, Richard Powers pour Bewilderment, Maggie Shipstead pour Great Circle, Anuk Arudpragasam pour A Passage North et Nadifa Mohamed pour The Fortune Men

 

Visuel : Couverture The Promise de Damon Galgut

 

Partisan : Le feu sous la glace suédoise
Le Lavoir moderne parisien accueille « Arletty » de Koffi Kwahulé
Clémence Duhazé

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture