Essais
« Sortir du Bataclan » : A trois voix, une génération témoigne et analyse

« Sortir du Bataclan » : A trois voix, une génération témoigne et analyse

02 novembre 2016 | PAR Yaël Hirsch

Un an après les attentats du 13 novembre 2015, les éditions Bréal publient un témoignage écrit par 3 enseignants. Seul un d’entre eux, Charles Nadaud était au Bataclan, ses deux amis et proches, Jean-Baptiste Guégan et Anne-Clémentine Larroque recueillent ses propos et les contextualisent. A travers ce texte court, la génération Bataclan témoigne et se ressaisit des événements en les mettant en perspective.

[rating=4]


Père de deux enfants en bas âge, Charles Nadaud se laisse emmener par son meilleur ami au concert d’un groupe qu’il connaît bien dans une salle qu’il adore quand il décide d’aller au Bataclan écouter les Eagles of Death Metal le 13 novembre 2015. Ils arrivent tard après un MacDo, ratent la première partie et au bout de 20 minutes de concert, c’est la panique : les amis entendent des coups de feu. Ils arrivent à se réfugier dans le plafond de la salle de concert où Charles parle avec sa compagne et ses amis par textos pour tenter de les rassurer. Ils entendent sans vraiment voir, terrifiés. Une fois le danger passé, la sortie est lente, longue ils voient les corps à terre et sont amenés dans plusieurs endroits par Bus avant de pouvoir rentrer chez eux.

Produit sous forme d’interview avec son ami Jean-Bapyiste Guégan, le récit de Charles est très détaillé, les textos reproduits dans leur langage jeune et parlé et des plans nous aident à comprendre le déroulé exact de cette soirée du 13 novembre au sein de Bataclan pour Charles.

En deuxième partie, le zoom arrière de Anne-Clémentine Larroque, spécialiste des réseaux islamistes (voir notre chronique de son « Repères ») nous fait sortir brusquement de l’émotion en expliquant les tenants et les aboutissants politiques et géopolitiques qui amènent à cette folie du 13 novembre 2015.

Enfin, en troisième partie, la génération Bataclan reprend la parole avec son vécu et son émotion dans un dialogue à trois entre les auteurs du livre, tous trentenaires et tous historiens ou politistes. Si le passage du vécu à la géopolitique est assez brusque, cette tentative de réappropriation des événements par ceux qui ont été le plus marqués dans leurs idéaux et leurs modes de vies est marquante. Et la manière dont les trois amis – par ailleurs tous intellectuels- font la part belle au témoignage et à l’émotion pour y ajouter l’analyse et la réflexion est une proposition passionnante et qu’on sent vraiment nécessaire pour eux. On n’apprend peut-être rien de neuf sur le Bataclan, mais on se met à y repenser, toujours à vif mais avec plus de recul et envie de construire. Et c’est vraiment important, un an après.

Charles Nadaud, Jean-Baptiste Guégan et Anne-Clémentine Larroque, Sortir du Bataclan, Bréal, 256 p., sortie le 28 octobre 2016, 11.90 euros.

visuel : couverture du livre

Nathalie Portman en Jackie-O : crédible ?
« L’homme qui fouettait les enfants », de Ernest J. Gaines
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *