Essais

Compositrices : l’égalité en actes questionnée par un livre-somme

Compositrices : l’égalité en actes questionnée par un livre-somme

24 février 2019 | PAR Yaël Hirsch

Alors que les compositrices de musique d’aujourd’hui se font de plus en plus entendre, notamment à travers le festival Présences féminines créé par Claire Bodin ou l’émergence de figures majeures comme Kaija Saariaho, le Centre de documentation de la musique contemporaine propose un ouvrage-somme qui interroge la place des femmes dans la musique et surtout dans la composition.

Pour en savoir plus sur les actions menées aujourd’hui pour rendre visible les femmes compositrices, lisez notre interview de Claire Renard l’an dernier.

Préfacé par l’ancienne ministre de la Culture, Françoise Nyssen, dans le cadre de la « feuille de route égalité » 2018-2022 et avec un essai inaugural de l’historienne Geneviève Fraisse, ce collectif sur les compositrices a la très bonne idée de ne pas nous plonger tout de go dans une série de portraits. Dans la première partie de l’ouvrage, c’est une perspective historique et sociologique qui nous est donné, avec la question de savoir, pourquoi malgré leur reconnaissance parfois en leur temps, depuis le 18e siècle, comme Hélène de Montgeroult, Clara Schumann ou Nadia Boulanger auprès de ses pairs et étudiants, les femmes compositrices ont été rejetées dans l’oubli des canons. Analysant les écueils, y compris celui des clichés sur l’émotion, cette première partie se pose la question de savoir « Comment peut-il être aussi illégitime en 2012 qu’en 1883 pour une femme de souhaiter faire une carrière de compositrice? » (Florence Launay, p. 44).

En 2017/2018 encore, seuls 3 % des opéras sont dirigés par des femmes, dans les demandes d’aide à la composition des 20 dernières années, il n’y a que 11 % de femmes qui s’aventurent à déposer des dossiers (Sylvie Sierra Markiewicz, p. 89), et sur 3524 œuvres musicales programmées, 97.6 % sont composées par des hommes (David Verdier p. 67) Le mot même de compositrice (qui l’a emporté sur compositeure) est interrogé (David Christoffel).

Enfin, parce qu’elle ne demande pas plus qu’un studio et du temps, l’électroacoustique a permis à de nombreuses femmes de se lancer dans la composition.

La fin de l’ouvrage dresse un impressionnant ensemble de 60 portraits de compositrices d’aujourd’hui parmi lesquelles : Graciane Finzi, Christine Groult, Clara Ianotta, Claire renard, Michèle Reverdy, Kaija Saariaho, Rebecca Saunders, ou Béatrice Thiriet (liste complète ici). Un essai important, dont on peut retrouver la substantifique moelle le 8 mars  sur France Musique et francemusique.fr  dans le cadre de la journée de la femme. 

Compositrices : L’égalité en actes,  Centre de documentation de la musique contemporaine / éditions MF, dir : Laure Marcel-Berlioz, Omer Corlaix, Bastien Gallet. Sortie le 12 février 2019. 

Visuel : couverture du livre 

Naître et grandir en exil
« Un matin j’étais féminisme » : un manifeste d’ego-engagement ouvert par Sophie Bramly
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *