Cinema
Le Voyage de Chihiro à Springfield

Le Voyage de Chihiro à Springfield

14 janvier 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

Regardez bien : dans ce magnifique hommage, les Simpsons citent la quasi-totalité des films d’Hayao Miyazaki. On peut les remercier et se rappeler les œuvres de ce grand maître de l’animation, dont l’ultime film, Le Vent se lève, sera en salles le 22 janvier.

Simpsons MiyazakiSpringfield qui devient une ville japonaise où rôdent des ombres fantomatiques, un masque, un crapaud, un grand bébé et un dragon à trois têtes ; un bus scolaire à tête humaine qui passe ; le chef Clancy transformé en cochon ; deux sorcières sur balais accompagnées d’un chat noir ; trois petits lutins bleus, des « sylvains », sur un arbre –guettez-les, à droite du « Department of magical vehicles » ; un homme-épouvantail et une supérette à pattes qui s’en va. On peut faire cette énumération autrement : Le Voyage de Chihiro ; Mon voisin Totoro ; Porco Rosso ; Kiki la petite sorcière ; Princesse Mononoké ; Le Château ambulant.

Du trait de l’animation jusqu’à la musique, les Simpsons citent de façon superbe Hayao Miyazaki, le temps d’une minute. A voir à tout prix, avant de se replonger dans les œuvres du maître.

Le garçon qui volait des avions d’Elise Fontenaille
Charles Lansiaux à la Galerie des Bibliothèques : la guerre de 14-18 à travers le prisme du quotidien
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *