Actu

Rendre hommage à Simone Veil après sa Panthéonisation

Rendre hommage à Simone Veil après sa Panthéonisation

03 juillet 2018 | PAR Solene Paillot

Dimanche 1er juillet, Simone Veil a fait son entrée au Panthéon. Le public, déjà nombreux sur place ce jour-là, pourra continuer d’aller rendre hommage à cette figure de la Vème République dans cet édifice mythique de la capitale.

Depuis dimanche Simone Veil repose au Panthéon, nécropole laïque de la France. Elle est la 5ème femme à y faire son entrée. Si la nouvelle a été reçue sans surprise, en 1992 l’attribution de la reconnaissance nationale à une femme n’était pas chose évidente et Simone Veil l’avait dénoncé. Désormais érigée parmi les grands de la nation, les Français pourront rendre éternellement hommage à la ministre de la Santé, première présidente du Parlement européen et fervente défenseuse de l’IVG décédée le 30 juin 2017 à 89 ans. C’est la partie dite du « Caveau des résistants » dans la crypte du monument que les cercueils de Simone Veil et son mari, Antoine Veil décédé en 2013, sont exposés, entre ceux de Jean Moulin, André Malraux et René Cassin.

Perpétuer la mémoire de cette figure de la vie politique

Pour permettre à tous les français de rendre hommage à celle qui, élue à l’Académie française en 2010, était devenue presque « immortelle », le Panthéon restera accessible gratuitement et librement jusqu’au 8 juillet aux horaires habituellement appliqués. Le Centre des Monuments Nationaux organise toute cette semaine une exposition et des visites guidées qui lui sont dédiés. Du 2 juillet au 17 septembre se trouveront sur les grilles de l’édifice des panneaux retraçant sa vie et ses engagements politiques. Les 4 et 5 juillet prochain, des visites gratuites et thématiques seront proposées aux familles et aux publics du champ social. Des hommages ont également fleuris partout en France notamment à Saint-Amé, petite commune des Vosges, qui a rebaptisé la place de la Mairie en place Simone Veil et, à Pau, ou Eric Saubatte, adjoint aux sports, à demandé à ce qu’une rue, un bâtiment ou, un lieu emblématique de la ville, porte le nom de l’ancienne ministre afin de perpétuer la mémoire de cette figure de la vie politique du 20e siècle.

Crédits photos : Flickr ©eppgroup/Ptille/europeanparliament

LA SÉLECTION POP-ROCK-INDÉ-ELECTRO-RAP DE L’ETE
Avignon OFF 2018 : « Poil à gratter », un quotidien qui dérange
Solene Paillot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *