A l'affiche
« Les Apparences » de Marc Fitoussi : mensonges et faux-semblants à Vienne

« Les Apparences » de Marc Fitoussi : mensonges et faux-semblants à Vienne

29 septembre 2020 | PAR Alice Martinot-Lagarde

Karin Viard et Benjamin Biolay s’unissent et se désunissent à l’écran dans Les Apparences, dernier long métrage de Marc Fitoussi. Ils forment un couple qui tente de sauver la face dans l’univers fermé de la bourgeoisie française de Vienne. 

Henri et Ève sont expatriés à Vienne. Lui est un chef d’orchestre respecté et renommé. Elle, gère la médiathèque francophile et les mondanités de la communauté française de la capitale autrichienne. C’est un milieu très fermé où tout le monde se regarde, chuchote et se juge. Il faut constamment paraitre au sommet de la réussite et surjouer le bonheur. Mais le couple bat de l’aile. Ève soupçonne son mari d’avoir une liaison. Secouée, elle garde la tête haute et un sourire sans faille pour sauver leur image. Dès lors, s’enchainent les mensonges. Chaque mot semble naturel, fluide, mais s’avère être d’une hypocrisie terriblement calculée. La tension monte et Marc Fitoussi emmène les personnages là où on ne s’y attend pas, explorant leur part d’ombre et leur faiblesse. 

Au départ d’un style chabrolien au scénario plutôt basique et attendu, le film prend des tournants imprévisibles pour se transformer en thriller fait de faux-semblants et de regards lourds de sens. Gardant tout de même une forme de légèreté propre aux histoires de moeurs, il dépeint, sans aller jusqu’à la caricature, une sphère aux dessous plus que cruels. Entre suspicions et malentendus, tout est affaire de feeling et de paranoïa dont même le public prend part. Jusqu’aux preuves.

Karin Viard fait preuve d’une assurance superbe, grâce à une allure vengeresse et à son hypocrisie délicieuse. Sourire en coin, démarche déterminée, elle préserve tout de même chez son personnage l’authenticité d’une femme trompée et meurtrie. Benjamin Biolay est fidèle à lui-même dans un rôle assez passif. Plutôt silencieux, il laisse toute sa place (méritée) à sa partenaire. Mais ici pas de jugement, il ne s’agit pas de choisir un camp et c’est ce qui est impeccablement bien fait dans le film de Marc Fitoussi. Celui-ci fouille dans les petits secrets de la bourgeoisie sans chichis ni prétention et parvient à faire un récit efficace et surprenant d’un sujet vu et revu.

 

 

Les Apparences, avec Karine Viard, Benjamin Biolay, Lucas Englander, Laetitia Dosch. France-Belgique. 1h50. Sortie en salles le 23 septembre

 

Visuel : Affiche du film / SND

Phénix Festival : « Le destin moyen d’un mec fabuleux », un Don Quichotte des temps modernes…
Désordres, une pièce puzzle sur le couple à la Manufacture des Abbesses
Alice Martinot-Lagarde

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *