Chansons

« Songbook » : une fin de tournée entre amis pour Benjamin Biolay et Melvil Poupaud

« Songbook » : une fin de tournée entre amis pour Benjamin Biolay et Melvil Poupaud

22 février 2019 | PAR La Rédaction

 

Brassens, Salvador, Moustaki, Ferré, Clerc… Benjamin Biolay et Melvil Poupaud reprennent dans leur spectacle un répertoire varié de la chanson française auquel ils mêlent composition originale et hommage, nous replongeant dans une atmosphère hautement nostalgique.

Par  Flore Prévost-Leygonie

La chanteuse et musicienne Karen Brunon a été invitée par Benjamin Biolay en première partie. Ayant travaillé avec les plus grands, elle s’est lancée dans la chanson solo. En effet elle a fait ses débuts en tant que violoniste aux côtés de Michel Legrand, rencontre Benjamin Biolay dans le groupe Shelby puis collabore avec Voulzy, Clerc, Daho, Paradis, Mika…
Après nous avoir présenté ses créations originales Karen Brunon conclut par “la chanson de Maxence”, un très bel hommage au compositeur disparu.

Le concert commence sur un air d’Henri Salvador, les deux compères arrivent dans d’élégants costumes de crooners. « A Cannes cet été » nous donne des envies de soleil… Pas d’orchestre mais le pianiste Johann Daglaard et Poupaud à la batterie. Mais aussi guitare, accordéon, trompette, ils passent chacun aisément d’un instrument à l’autre. Tout en simplicité.
Biolay raconte entre les chansons quelques anecdotes sur ses débuts dans la musique, comme sa rencontre et collaboration avec la grande Juliette Gréco. L’occasion pour le public de découvrir d’autres facettes de l’artiste.
Benjamin Biolay s’est d’abord fait une réputation en écrivant pour d’autres artistes prestigieux (Henri Salvador, Vanessa Paradis …), avant de connaître à la fin des années 2000 une consécration publique et critique, pour ses albums La Superbe et Vengeance. Mais il s’est aussi distingué au cinéma, notamment dans Pourquoi tu pleures ? et La Douleur. Une passion qu’il partage avec Melvil Poupaud, acteur aujourd’hui incontournable du cinéma français. Révélé très jeune chez Eric Rohmer (Contes d’Eté), il fut aussi remarqué chez Xavier Dolan (Laurence Anyways), Justine Triet (Victoria) et François Ozon (Grâce à Dieu). Les deux grands artistes témoignent d’un amour commun pour les mots. Poupaud a créé le groupe Mud avec son frère Yarol et Hopi Lebel, qui donnera naissance à deux albums.
Il règne dans la salle une ambiance intimiste, comme une soirée entre vieux amis. C’est ce que sont Poupaud et Biolay, des amis de longue date qui semblent heureux de partager ce moment ensemble. Un cocktail d’amitié et d’humour qui plaît aux spectateurs, ravis. On passe aussi bien de la pop joyeuse à la chanson à texte plus émouvante comme le célèbre « Jardin d’hiver ». Biolay reprend également « Cécile ma fille » de Claude Nougaro, une pépite touchante et sensible, que le public fredonne avec plaisir. Le duo se chamaille ensuite sur « Tu t’laisses aller » d’Aznavour et avant que Melvil Poupaud n’entame une chanson originale intitulée « Lola ». Impossible de sortir sans un air dans la tête.
Ce spectacle signe la fin d’une tournée de 49 dates, comme un road-trip à travers la France, les deux interprètes semblent très émus. Ils remercient mille fois le public, la vie et l’amitié.
Flore Prévost-Leygonie

Visuels : Flore Prévost-Leygonie

Quelle langue pour demain ? Réflexions sur la Commission d’enrichissement de la langue française
La première « Seine libre » de Natalie Dessay fait swinger la Seine Musicale
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *