A l'affiche
Festival de Toronto : Le palmarès

Festival de Toronto : Le palmarès

21 septembre 2015 | PAR Kalindi Ramphul

Le Festival International du film de Toronto, événement annuel très attendu, s’est clôturé ce week-end. Toute La Culture vous révèle le Palmarès.

Le Festival de Toronto, qui a vu le jour en 1976, est considéré comme un événement majeur dans le monde du cinéma. En termes de présence de stars, il est même le second Festival après Cannes. C’est une pluie de célébrités qui a d’ailleurs foulé le tapis rouge du 10 au 20 septembre : nathalie Portman, Jake Gyllenhaall, naomi Watts et bien d’autres encore, ont revêtu leurs plus beaux apparats pour une 39ème édition qui s’est révélée haute en couleurs.

Cette année, c’est le film Room, réalisé par Lenny Abrahamson (GarageFranck), qui a remporté tous les suffrages puisqu’il s’est vu attribué le très convoité prix du public. Le pitch ? Une mère et sa fille vivent en captivité dans une pièce minuscule depuis 5 ans. L’enfant réussit à s’échapper et à faire relâcher sa mère. Enfin libres, elles doivent s’adapter à un monde extérieur qui leur est complètement étranger. Comment vivre libre quand on a passé sa vie en cage ? C’est le thème du best-seller d’Emma Donogue dont Room est l’adaptation.

Par ailleurs, le film est bien parti pour prétendre à un Oscar. En effet, ces 7 dernières années, 6 des 7 films qui se sont vus attribués le prix du jury, ont également remporté une des statuettes si convoitées (Imitation Game, 12 Years a Slave, Happiness TherapyLe Discours d’un roi, Precious, Slumdog Millionaire).

Le prix du public section « documentaires » est allé à Winter on Fire: Ukraine’s Fight for Freedom de Evgeny Afineevsky. Quant au prix Midnight Madness, il a été décerné au bien nomméHardcore d’Ilya Naishuller, film d’action tourné à la première personne. Le spectateur incarne, devient le personnage principal. Intriguant et surtout déstabilisant, le réalisateur, coutumier du « surprenant », nous invite à une expérience toute novatrice qui n’a manifestement laissé personne indifférent.

Les autres récompenses :

Meilleur court métrage international : Maman(s), de Maimouna Doucoure

Meilleur court métrage canadien : Overpass, de Patrice Laliberte

Meilleur film canadien : Closet Monster de Stephen Dunn

Prix de la critique internationale :  Desierto, de Jonas Cuaron

Visuels: ©Affiches officielles des événements

 

[Critique] « Clôture de l’amour » au TNS : toujours le même coup de poing
Kitsch ou pas kitsch ? L’ironie des artistes à l’ICI pour oublier
Kalindi Ramphul

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *