A l'affiche
Arras film festival jour 5 : une journée sous le signe des femmes

Arras film festival jour 5 : une journée sous le signe des femmes

13 novembre 2021 | PAR Julia Wahl

Un rapide café aujourd’hui au village du festival, après une interview hier d’Arnaud Desplechin, venu présenter son film Tromperie au festival. Après cela, la première projection : Lingui. Les liens sacrés.

Lingui ou l’apprentissage de la sororité

Ce premier film de la journée nous emmène au Tchad où nous suivons Amina, qui survit difficilement avec sa fille Maria. Devenue fille-mère à l’adolescence, elle fut repoussée par les siens et ne peut compter que sur elle-même pour vivre. Or, sa fille vient d’être renvoyée de l’école pour le même motif : une grossesse. Refusant de connaitre la même infortune que sa mère, Maria – très joliment interprétée par Rihane Khalil Alio – supplie celle-ci de l’aider à avorter. Mais la clinique qui pratique des avortements clandestins demande une bien trop forte somme. S’ensuit donc une course effrénée à l’argent, où se tissent entre les femmes de véritables liens de confiance. Ces « liens sacrés », ou « lingui », qui définissent théoriquement les seuls liens du sang.

Cet apprentissage d’une sororité de la débrouille se fait par surprises et rebondissements. La caméra de Mahamat-Saleh Haroun – dont le film Un Homme qui crie a remporté le Prix du Jury à Cannes en 2010 – filme avec précision les visages de ces femmes qui se battent et se serrent les coudes face à une société patriarcale. Habitué aux films centrés sur des hommes, le réalisateur nous propose là un beau film féminin, porté par de très belles actrices, et d’une grande sobriété. En salles le 8 décembre.

Une femme du monde ou la recherche effrénée d’argent

Après l’incontournable quiche au maroilles, nous enchainons avec Une femme du monde, de Cécile Ducrocq. Où nous percevons que la recherche d’argent est définitivement au centre des préoccupations des mères d’aujourd’hui. Il ne s’agit pas ici de pratiquer un avortement clandestin, mais de permettre à Marie – jouée par Laure Calamy – d’offrir à son fils un école privée de restauration. Alors que celui-ci est à la dérive – il a été viré de son bac pro pour avoir mis du cannabis dans la mousse au chocolat – , sa mère voit dans cette école la dernière chance pour son fils de s’assurer un avenir et d’en finir avec ses bêtises. Aussi doit-elle jongler entre ses recherches d’argent et les frasques de son rejeton.

Car Marie ne gagne pas beaucoup : entre 1000 et 1500 euros selon les mois, comme prostituée. Une prostitution qu’elle défend avec joie et fierté lorsqu’elle est indépendante, mais qu’elle exècre quand elle se fait sous la férule d’un mac. Or, le besoin d’argent va l’obliger à vendre ses charmes à un bordel, où il ne sera plus question de liberté. 

Le film parvient à nous faire passer par des émotions très contrastées en un rien de temps, grâce, notamment, aux rires et aux cris de Laure Calamy.

Sa projection fut suivie d’une rencontre avec Cécile Ducrocq et Laure Calamy, qui reçurent une réelle ovation de la part du public. En salles le 8 décembre. 

Une jeune fille qui va bien, oublier l’imminence de l’horreur

La journée s’est terminée pour nous avec la projection de Une jeune fille qui va bien, le premier long-métrage de Sandrine Kiberlain. Une plongée dans le début des années 1940 en France, où nous suivons le personnage d’Irène, une jeune fille juive qui prépare le concours du Conservatoire. Tout l’enjeu du film est de nous montrer comment cette jeune fille continue de vivre avec insouciance, riant, aimant et dansant. Aussi suivons-nous le chemin de cette jeune femme qui tente d’oublier que ses jours sont comptés.

C’est donc un film qui jongle entre un univers primesautier et la menace sous-jacente que Sandrine Kiberlain nous livre ici. Elle est pour cela aidée par la comédienne Rebecca Marder, pensionnaire de la Comédie-Française, qui prête au personnage son espièglerie. En salles le 26 janvier 2022.

Visuel : Lingui. Les Liens sacrés. Ad vitam distribution.

Sarlat : « Les jeunes amants » Fanny Ardant et Melvil Poupaud réinventent l’amour et le romanesque
La maison d’enfance de George Harrison se vend aux enchères
Julia Wahl
Professeure de lettres durant dix ans, chargée de production de diverses compagnies de danse ou de théâtre, chargée d'action culturelle et des relations publiques... Tout ce qui a trait à la promotion de la culture et au développement de ses publics me passionne. Parce que l'on ne peut voir un spectacle sans vouloir transmettre ses émotions, je chronique régulièrement le cinéma, le théâtre et la politique culturelle pour Toute la Culture.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture