A l'affiche
Sarlat : « Les jeunes amants » Fanny Ardant et Melvil Poupaud réinventent l’amour et le romanesque

Sarlat : « Les jeunes amants » Fanny Ardant et Melvil Poupaud réinventent l’amour et le romanesque

13 novembre 2021 | PAR Olivia Leboyer
FannyMelvil

Carine Tardieu signe un film d’amour superbe et bouleversant, à partir d’un scénario de Solveig Anspach, morte en 2015. Le film est dédié à sa mémoire. La rencontre, les rencontres, entre Fanny Ardant et Melvil Poupaud sont déjà des images de cinéma inoubliables.

La rencontre amoureuse est un mystère. Les hasards, les coïncidences, les lieux, les humeurs entrent dans cette alchimie déroutante, qui bouleverse tout.

Pierre (Melvil Poupaud) et Shauna (Fanny Ardant) se sont à peine croisés, quinze ans auparavant, dans des circonstances particulières, tragiques. Ayant des amis communs, ils auraient pu se revoir plus tôt. Mais c’est quinze ans plus tard qu’ils se retrouvent et qu’ils se voient enfin. Des bribes, des images leur reviennent de la première rencontre. L’aimait-il déjà ? L’amour provoque cette impression curieuse de se connaître depuis longtemps. « Au revoir mon amour, peut-être un autre jour, peut-être une autre année » chantait Dominique A.

Si l’attirance est évidente, les obstacles ne manquent pas. Pierre a 45 ans, quand Shauna va sur ses 71 ans. Pierre est marié à une femme qu’il aime. Ils ont deux enfants. En plus, Shauna était la meilleure amie de la mère de son meilleur ami. Autant de raisons pour renoncer à se lancer dans une histoire perdue d’avance.

Carine Tardieu filme la fébrilité, les hésitations, les regards brûlants, et c’est comme si c’était la première fois. Un homme qui court dans une rue vers un rendez-vous, une femme qui attend dans un café, un baiser dans une ruelle, du piano et des cors, c’est le cinéma, c’est la vie.

Autour du couple, les autres personnages reconnaissent l’amour, se battent ou s’inclinent, presque intimidés. Cécile de France joue avec sensibilité la femme blessée, Florence Loiret-Caille émeut en fille accomplie mais seule, si complice avec sa mère. Et le meilleur ami (Sharif Andura), à la maladresse charmante, apporte des notes d’humour bienvenues.

Dans La femme d’à côté de François Truffaut, le couple formé par Fanny Ardant et Gérard Depardieu irradiait d’un éclat noir. Désormais, dans les grands films d’amour, on évoquera aussi Les jeunes amants. Entre Fanny Ardant et Melvil Poupaud, l’amour circule comme un fluide résistant, inaltérable.

Un film sublime, qui n’a pas peur du romanesque. C’est rare et précieux.

Les jeunes amants, de Carine Tardieu, scénario de Solveig Anspach, France, 1h52, avec Fanny Ardant, Melvil Poupaud, Cécile de France, Florence Loiret-Caille, Sharif Andura, Sarah Henochsberg. (Séance spéciale) Sortie le 2 février 2022.

Visuels: photo officielle du film.

Desplechin au Arras film festival : « J’ai besoin que le public m’enseigne ce que j’ai fait »
Arras film festival jour 5 : une journée sous le signe des femmes
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture