A l'affiche
Agenda des sorties cinéma de la semaine du 2 juin

Agenda des sorties cinéma de la semaine du 2 juin

02 juin 2021 | PAR Léna Saint Jalmes

Encore de belles sorties cette semaine à découvrir dans les salles !

 

Billie Holiday : une affaire d’Etat

Ce film américain biographique est réalisé par Lee Daniels. Il est adapté de l’ouvrage non-fictionnel britannique Chasing the Scream : The First and Last Days of the War on Drugs de Johann Hari. Billie Holiday a commencé à chanter dans les années 30. Aux Etats-Unis, sa chanson « Strange fruit » fait sensation, en ce qu’elle dénonce le lynchage des Noirs qui a lieu dans le pays à cette époque-là. Cette chanson dérange tellement qu’on lui demande de ne plus la chanter. Mais Billie Holiday ne l’entend pas de cette oreille, et elle continue à provoquer les pouvoirs publics en interprétant sa chanson. Entre étonnement et colère, vous n’en ressortirez pas indifférents.

 

Petite Maman

Retour très attendu de Céline Sciamma après Portrait de la jeune fille en feu. Nelly, huit ans, vient de perdre sa grand-mère. Ses parents vident la maison de la défunte. Nelly en profite pour jouer dans la forêt où sa mère, enfant, avait construit une cabane. Un jour, sa mère part sans prévenir. Nelly rencontre une petite fille dans les bois, elles ne se quitteront plus. Ce film touchant met en exergue la tristesse et la consolation, l’attachement mais aussi le départ et les retrouvailles.

 

Mère et fille

Partie faire sa vie en Allemagne, Jasna revient en Croatie rendre visite à sa mère Anka, qui résiste au temps, à la maladie et aux aspirations de ses proches. Mais Anka, méfiante et acariâtre, tient à garder son autorité et n’accepte la présence de personne. Entre les deux femmes s’engage alors une lutte intime, emplie de souvenirs, d’émotions et d’une incessante force de vivre. Un drame de Jure Pavlovic.

 

Des hommes

Ce film franco-belge est réalisé par Lucas Belvaux avec Gérard Depardieu, Catherine Frot. Il est adapté du roman Des hommes de Laurent Mauvignier. Ils ont été appelés en Algérie au moment des « événements » en 1960. Deux ans plus tard, Bernard, Rabut, Février et d’autres sont rentrés en France. Ils se sont tus, ils ont vécu leurs vies. Mais parfois il suffit de presque rien, d’une journée d’anniversaire, d’un cadeau qui tient dans la poche, pour que quarante ans après, le passé fasse irruption dans la vie de ceux qui ont cru pouvoir le nier.

 

Les séminaristes

Le noir est blanc est très travaillé dans ce second long-métrage du slovaque Ivan Ostrochovsky. En Tchécoslovaquie au début des années 1980, le régime communiste musèle l’église. Deux jeunes séminaristes devront choisir entre la soumission à la police secrète, ou une fidélité à leurs convictions qui pourrait leur coûter la vie.

Visuel : affiche du film Les séminaristes.

Moona : « Je me considère plus comme un rappeur » (Interview)
L’agenda classique et lyrique de la semaine du 2 juin
Léna Saint Jalmes

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture