Expos
Les expositions d’août à Paris

Les expositions d’août à Paris

25 juillet 2013 | PAR Fatima-Ezzahrae Touilila

En ce mois d’août Paris est loin d’être en reste, avec de nombreuses expositions dans les lieux phares de la capitale, mais aussi dans des lieux plus intimistes, Toute la Culture a concocté pour vous une sélection hétéroclite, que notre équipe a écumé pour vous. 

Le Musée d’Orsay met à l’honneur  les collectionneurs avec ce couple d’Américains,  Marlene et Spencer Hays, au Musée d’Orsay  atteint d’ « une passion française » . Leurs collections  seront l’occasion d’un parcours chronologique allant du maître symboliste Odilon Redon, en passant par les  impressionnistes Fantin-Latour, Tissot, Caillebotte, Berthe Morisot, Eva Gonzalès, se clôturant sur  Derain, Matisse et Modigliani. Jusqu’au 18 août.

Le raffinement légitimiste et  entêté d’une Félicie de Fauveau, première femme sculpteur à vivre de son art,  est aussi l’invitée de la saison du Musée d’Orsay, qui  consacre trois salles à cette pionnière oubliée.   Alors que le romantisme s’invite à  la Cité de l’Architecture à travers l’exposition « Dans l’intimité de l’atelier Geoffroy-Dechaume (1816-1892), sculpteur romantique ». A découvrir jusqu’au 23 septembre.

Après My Winnipeg (Manitoba, Canada) en 2011, la Maison Rouge poursuit son cycle d’expositions consacrées aux scènes artistiques de villes dites « périphériques », en mettant à l’honneur cette année la ville de Johannesburg . Appelée Joburg ou Jozi, par ses habitants, Johannesburg est une mégalopole qui regroupe plus de 6 millions de personnes. L’exposition présente une cinquantaine d’artistes en mettant l’accent sur l’effervescence artistique de ces vingt dernières années. Elle permet de découvrir, aux côtés d’artistes déjà reconnus internationalement comme Jane Alexander, Kendell Geers ou William Kentridge, de jeunes artistes encore largement méconnus en France comme Kudzanai Chiurai, Zanele Muholi, Mary Sibande, ou Mikhael Subotzky.

Amateurs d’art contemporain et de création contemporaine,l’hyperréaliste  Ron Mueck vous attend  à la fondation Cartier , ainsi que le travail  Michelangelo Pistoletto dans  « Année 1, le paradis sur terre » au Louvre. Mais aussi  la saison « Nouvelles vagues » du Palais de Tokyo, qui submerge littéralement  la ville, avec près de 53 galeries partenaires.

Le Centre Pompidou  sera  un  passage obligé,  avec la rétrospective Simon Hantaï,  l’exposition  surprenante consacrée au maître du Pop Art, Roy Lichenstein, les collections de  Geneviève Ass, et l’exposition « Los Angeles »  qui vous ouvre les portes de l’univers de Mike Kelley.

Jusqu’au  16 septembre 2013, le musée national Jean-Jacques Henner accueille  l’exposition « Sensualité et spiritualité. À la recherche de l’absolu. » Composée de cent quatorze oeuvres, peintures et dessins, elle renouvelle le regard porté sur la peinture religieuse de Jean-Jacques Henner (1829-1905). L’exposition met également en lumière la singularité de sa démarche qui allie recherche d’une perfection formelle et absolu métaphysique. C’est le cheminement de la pensée de l’artiste et la fabrique de son oeuvre qui sont à découvrir au travers des carnets, des agendas, des dessins et études préparatoires aux tableaux présentés aux Salons.

Au Louvre, ce ne sont pas moins de quatre expositions qui investissent les lieux  tout l’été,  la collection de dessins bolonais du Louvre est ouverte au public, pas moins de 48 artistes dont  Lanfranco, Algardi ou Grimaldi, y sont représentés. L’exposition « Un Allemand à la cour de Louis XIV », réunit les choix  nordiques de Everhard Jabach, l’un des plus grands collectionneurs de son temps, qui vend, en 1662,  sa collection à Louis XIV. Elle veut rendre compte de la qualité de la collection nordique et des choix de Jabach, qui se portèrent aussi bien vers les maîtres anciens (XVe et XVIe siècles) que vers les artistes modernes (XVIIe siècle).

A la Pinacothèque de Paris, l’exposition  « L’Art nouveau, la révolution décorative », et la rétrspective« Tamara de Lempicka, la reine de l’Art déco » vous attendent jusqu’au 8 septembre.

Autre lieu phare de la saison, le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris qui continue d’attirer les foules avec sa magistrale  exposition « Keith Haring. The Political Line »qui se prolonge jusqu’au 18 aout. Le Musée a également inauguré un nouvel accrochage en accès gratuit, et l’exposition des oeuvres « concrètes » de Pierre Henri et l’exposition « Go No Mi Na Da » de Danh Vo.

Au Musée Rodin, l’exposition « Rodin, la chair, le marbre » regroupe  une cinquantaine de marbres et une dizaine de maquettes en terre cuite ou plâtre, venant témoigner de l’importance de ce matériau et du traitement qui lui est réservé dans l’oeuvre de Rodin.

Visuels :
Crying Girl [Jeune femme en pleurs), 1964
porcelaine émaillée sur acier,
édition 3/5, 116,8 x 116,8 cm,
collection particulière
© Estate of Roy Lichtenstein New York / ADAGP, Paris, 2013

Autres : affiches des expositions

9e et ultime saison de How I Met Your Mother
Killer Queen le royal parfum de Katy Perry
Fatima-Ezzahrae Touilila

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture