Actu
Shakira a encore plagié

Shakira a encore plagié

22 août 2014 | PAR Alexander Mora-Mir

Shakira pourrait bien être une tricheuse en effet, professionnelle d’autant plus, car elle a plagié son tube « loca » à un certain « El Cata ». Son clip officiel de la Coupe du monde 2014 « la la la » présente d’étranges similitudes avec le clip « iron » de Woodkid. Shakira est en panne sèche d’inspiration.

L’hymne de Shakira « Loca » est une contrefaçon. Voici la décision rendue par un juge de Manhattan, Alvin Hellerstein, alors qu’un chanteur dominicain, Ramon Arias Vasquez a revendiqué la paternité de l’œuvre. Une histoire plus complexe qu’une simple accusation envers Shakira. En effet, El Cata sort une version de « Loca » qui sort en 2007, puis la chanteuse colombienne mondialement connu reprend son titre dans son album « Sale el sol », le nommant : « Loca » en 2010.

Elle sort deux versions, une anglaise, et une espagnole, seule la version latine est condamnable, car pas assez de preuves sur la version anglaise, notamment dans les paroles. El Cata apparaît même sur le clip de la chanteuse, « loca » vendu à 5 millions d’exemplaires. Shakira n’est pas directement condamnée, mais c’est l’éditeur Sony qui va devoir payer. En deux mots, El Cata a volé la chanson de Ramon Arias Vasquez, Shakira l’a reprend.

L’éditeur Mayimba qui détient les droits de Ramon Arias Vasquez, a décidé d’attaquer Sony et différents affiliés en 2012, pour les deux versions de « loca ». Le juge fédéral de Manhattan dit que seule la version espagnole du dominicain Arias est contrefaite par celle de El Cata, notamment par l’emploi de « Loca con su tiguere » transformé en « Loca con su tigre ».

Arias expliquera sa version des faits au procès en chantant sa chanson directement devant le juge. Il aurait écrit sa chanson au milieu des années 90, en s’inspirant de l’histoire d’amour que sa sœur ainée a entretenue avec un « tiguere » (opportuniste), un jeune homme issue d’une famille aisée, alors que la famille d’Arias est pauvre. En 2006, il rencontre El Cata, assis dans sa jeep, à la sortie d’un studio d’enregistrement et lui chante sa chanson. El Cata l’aurait alors capté avec un petit enregistreur, et son titre sort un an plus tard en 2007.

El Cata quant à lui, conteste évidemment cette version des faits, en disant qu’il a écrit cette chanson en écoutant la pluie tomber sur le toit de la maison de son beau-père, et en s’inspirant de son histoire avec son ex-femme. Le juge ne suivra pas la version de El Cata, puisque l’enregistrement de la chanson de Arias a été fait sur une cassette et datait de 1998.
Arias sera crédité en tant que co-auteur des paroles, des dommages et intérêts élevés très probablement (5 millions d’exemplaires vendus), avec une part de droits qui lui reviendra sur chaque exploitation future de la version espagnole du titre.

Ce n’est toutefois pas la première fois que la chanteuse colombienne est dans le viseur de certains artistes. Le Français Yoann Lemoine (alias Woodkid) affirme en effet que le clip de « La La La », un des hymnes officiels de la Coupe du monde au Brésil 2014, ressemble trop étrangement à celui de la chanson « Iron » (2011) pour qu’il s’agisse d’une simple coïncidence. En mai dernier, il avait exprimé son mécontentement sur sa page Facebook : « Normalement, j’aurais souri et je me serais même senti flatté si c’était un vrai clip de Shakira et non une pub pour une énorme société comme Danone ».

«La La La» est sponsorisé par la marque de yaourt Activia, avec qui la chanteuse de 37 ans s’est associée pour soutenir le programme alimentaire mondial. Souvenez-vous en 2010, pour la Coupe du Monde en Afrique du Sud, le Waka Waka aurait été repris (volé) par Shakira à des chanteurs africains.
La ressemblance des deux clips est troublante, à vous de trouver les similitudes !

Trois plagiats en 4 ans, Shakira doit vraiment être en panne d’inspiration ou bien trop occupée pour daigner de nouveau créer.

© visuel : Creative Comments Wikipedia

Le manque d’humour de Facebook
« Oona & Salinger », le dernier Beigbeder : amour et fascination de l’écrivain pour ses idoles
Alexander Mora-Mir

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *