Actu

Maître Gims et Vianney dans la tourmente

Maître Gims et Vianney dans la tourmente

25 mai 2018 | PAR Agnes Polloni

C’était le duo le plus improbable de l’année, qui a pourtant décidé de chanter ensemble pour un single, pour le plaisir de tous et toutes. Oui, mais sauf que les deux artistes sembleraient avoir piqué une idée déjà existante.

Maitre Gims et Vianney sont attendus au tournant cette semaine, après la sortie de leur clip où il furent en duo le 20 avril 2018, les deux artistes auraient apparemment plagié le clip de la photographe Charlotte Ambramow, sorti à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des femmes.

Sur un fond du mélodieux Les Passantes de Georges Brassens, une fille se questionne sur le devenir des femmes dans nos sociétés contemporaines. Un clip supposé casser les codes, et surtout permettre une onde de choc, diffusé à l’occasion de la consécration annuelle faite aux femmes, le 8 mars dernier. Un mois plus tard, Vianney et Maitre Gims lancent leur featuring, tout de suite repéré par Charlotte Abramow sur les réseaux sociaux. Cette dernière s’empresse de les fustiger via le réseau social Twitter, un tweet qui fut d’ailleurs retweeté 743 fois et aimé 500 fois par les internantes, bien que les deux protagonistes n’émirent aucune réponse à l’intention de la jeune femme.

Les images des bandes passantes ou encore des différents portraits de femmes, sont repris de manière quasi-identiques, posant l’interrogation sur l’idée de recopie d’une idée artistique. Sur la toile, les avis des internautes quant à eux différent fortement, soutenant la jeune femme ou au contraire se rangent du côté du célèbre duo :

Pour d’autres, le plagiat est irréfutable, un terrain d’entente aurait du être privilégié :

Dans la loi Française, le plagiat est passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 300 000 euros d’amendes. Vianney et Maitre Gims, n’ont pas répondu de vive voix à l’artiste, ni au critiques, ignorant  volontairement les atteintes portées à leur encontre.

Agnès Polloni 

« Savants et Croyants » au Musée des Antiquités de Rouen, une exposition majeure sur la vie des juifs au Moyen-Age
Entretien avec Pauline Pelsy-Johann, réalisatrice de « Entre les barreaux, les mots » : reconstruire son identité par la parole
Agnes Polloni

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *