Actu
Accusations contre Marilyn Manson : qu’en est-il ?

Accusations contre Marilyn Manson : qu’en est-il ?

10 février 2021 | PAR Manon Bonnenfant

Voilà un peu plus d’une semaine que des accusations graves ont été prononcées contre le chanteur de métal Marilyn Manson. Viols, agressions sexuelles, violences, chantages… Coup d’œil sur cette affaire qui n’en est encore qu’à ses prémices. 

Un nombre important de plaignantes, et de très graves accusations

Les premières accusations publiques sont tombées dès le lundi 1er février. L’actrice Evan Rachel Wood (Westworld) ouvre la marche avec une publication sur son compte Instagram, mettant enfin un nom sur la personne dont elle a précédemment révélé avoir subi des violences sexuelles et viols : « Le nom de mon abuseur est Brian Hugh Warner, plus connu sous le nom de Marilyn Manson. » Dans la foulée, d’autres accusations du même type ont été formulées par plusieurs femmes. Toutes ont en commun d’avoir été – à un moment précis – la connaissance, compagne, ou même fiancée de Marilyn Manson. De graves accusations, allant de la manipulation abusive aux agressions physiques et même au viol.

Au total, elles sont onze à s’être manifestées la semaine dernière, via leurs réseaux sociaux ou des médias. Evan Rachel Wood avait 19 ans lorsqu’elle a rencontré le chanteur. C’était en 2005. Deux ans plus tard, le couple fait une première apparition publique. Puis, en 2010, ils se fiancent mais rompent 8 mois plus tard. La comédienne accuse donc Marilyn Manson de lui avoir subir toutes sortes d’abus physiques et psychologiques durant ces trois années de vie commune, des abus qui auraient même débuté dès leur rencontre.

Communiqué officiel d’Evan Rachel Wood.

Des réactions de toutes parts 

La réaction du public ne s’est pas faite attendre : le label auquel appartenait l’artiste – Loma Vista Recordings – a immédiatement rompu tout lien, ses apparitions prévues dans plusieurs séries TV (American Gods, Creepshow, The Stand) ont été coupées au montage, et de nombreux appels au boycott de son entière discographie ont également été lancés. Marilyn Manson n’a pas tardé à réagir, niant toutes ces accusations et soulignant que chacune de ses relations quelle qu’elles soient ont toujours été consenties. Mais trop tard, l’impitoyable rouleau compresseur qu’est la « cancel culture » , couplé au « tribunal des réseaux sociaux » a entrepris de le plonger dans la tourmente.

Communiqué officiel de Marilyn Manson.

En plus de ses précédentes conquêtes, ses anciens collègues musiciens témoignent à leur tour, comme Trent Reznor (Nine Inch Nails) et Wes Borland (Limp Bizkit). L’un déclarant « J’ai toujours dit que je n’aimais pas Marilyn Manson en tant que personne et j’ai coupé les ponts avec lui il y a près de 25 ans », tandis que l’autre « Manson n’est pas un bon gars (…) C’est un putain de mec mauvais. » Une désolidarisation donc totale… si ce n’est son ex-fiancée Dita Von Teese, qui a tenu à rassurer sa communauté en soulignant qu’à aucun moment l’artiste n’avait eu de geste ou comportement déplacé envers elle. Même son de cloche pour la figure de proue du #MeeToo Rose McGowan (qui a fréquenté Marilyn Manson de 1997 à 2001), bien qu’elle exprime son total soutien aux plaignantes.  

Un personnage (et un homme) controversé 

Car Marilyn Manson, c’est aussi et surtout des décennies de provocations à titres religieuses et sexuelles. Parmi elles l’on compte des clips polémiques (The Beautiful People en est un exemple flagrant), chansons aux paroles « pro Satan » ou « anti Dieu » (les albums Antichrist Superstar et Holy Wood), des concerts durant lesquels il se mettait en scène comme un « dictateur », sa possible influence artistique sur la tuerie de Columbine… La liste est longue, souvent parsemée de légendes urbaines et fausses informations, mais c’est en grande partie ce qui a tant séduit son public depuis ses tout débuts en 1994.

Au-delà du personnage controversé qu’il s’est construit et a entretenu au fil des années se tient un homme tout aussi torturé. Dans son autobiographie qu’il a publié en 1998 (The Long Hard Road out of Hell), il y laisse un temps de côté son nom et personnage de scène pour dépeindre Brian Hugh Warner : son enfance tumultueuse, ses déboires avec les drogues, ses relations avec plusieurs collègues (dont Trent Reznor à l’époque) et conquêtes. Des « relations » qui, à demi-mots, sonnent comme des prémonitions glaçantes au vu des accusations actuelles. 23 ans plus tard, saura t-on enfin la vérité ?

Pour l’heure, seule Evan Rachel Wood a déposé plainte, notamment en décembre dernier contre l’actuelle femme de Marilyn Manson : Lindsay Usich, qui l’aurait menacée. La sénatrice californienne Susan Robio demande également l’ouverture d’une enquête du FBI. Nul doute qu’un éclaircissement de la justice est nécessaire au vu de la gravité des actes évoqués.

Visuel : Andreas Lawen/Wikipedia commons

« Faire parler le corps », entretien avec Virginie Noar
TA’AM comme un langage secret
Manon Bonnenfant

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture